Zachée : une invitation spéciale et un changement radical

Jésus a changé à jamais la vie de Zachée, le percepteur d’impôts, en s’invitant chez lui pour le dîner, et la réponse que ce dernier lui a adressée peut changer la nôtre également.

Écrit par Werner Bissmann
Zachée : une invitation spéciale et un changement radical

Zachée dans le sycomore

En Luc 19, 1-10, nous pouvons lire l’histoire de Zachée, le chef des publicains qui accepta promptement l’appel personnel de Jésus qui voulait redonner du sens et une direction à sa vie, quand bien même cela exigeait de lui qu’il fasse de sérieux changements dans sa manière de vivre. En faisant cela, il est devenu un exemple lumineux de ce que Dieu peut faire avec un homme qui accepte cette invitation et qui prend personnellement à cœur les paroles de Jésus.

Il existe sans doute encore beaucoup de telles personnes, qui sont montées dans leur « sycomore » lorsqu’elles ont entendu que Jésus était dans la ville et qu’elles ont voulu voir les miracles qu’il réalisait. Elles sont observatrices mais elles n’ont pas de rapport personnel à ce que Jésus annonce.

Mais Jésus s’est arrêté en dessous du sycomore, et il a demandé à Zachée de descendre de l’arbre, car il fallait qu’il demeure dans sa maison. A ce moment-là, Zachée a dû faire un choix personnel. Jusque là, il n’avait été qu’un simple spectateur, mais c’était maintenant devenu une affaire personnelle. Il fallait qu’il prenne position face à cette requête — et loué soit Dieu, il a pris la bonne décision !

Une invitation personnelle qui t’est adressée

Tu peux te demander : « Quel rapport cela a-t-il avec nous aujourd’hui ? » Il n’y a pas de Jésus sur notre chemin qui s’arrête au pied de notre « sycomore » en nous disant qu’il souhaite demeurer chez nous. Et bien, peut-être pas dans le sens littéral du terme, mais le Maître lui-même dit en Apocalypse 3, 20 : « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. » Cela ressemble fortement à ce qu’il a dit à Zachée.

Dans ce sens, Jésus nous invite aujourd’hui, tout comme il le faisait à l’époque, à ouvrir les portes de notre cœur et à l’accepter comme Seigneur dans notre vie. Ces versets en Apocalypse sont l’appel de Jésus à un membre de l’Église de Laodicée qui était tiède, c’est-à-dire ni froid ni bouillant, et Jésus disait qu’à cause de cela, il le vomirait de sa bouche. « Parce que tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu… » Apocalypse 3, 15-18. On peut donc dire que cette personne n’était pas dans une meilleure position que Zachée, ce chef publicain qui avait vidé les poches des citoyens. Et pourtant, Jésus se tenait devant la porte de tous deux, les invitant à se repentir et à vivre une vie heureuse et sincère pour Dieu.

Dans le cas de Zachée, cette invitation est tombée dans une terre fertile. Qu’il en soit ainsi pour nous également, que nous puissions comprendre les paroles que Jésus nous adresse personnellement — comme s’il s’adressait à nous par notre nom.

Le prophète Esaïe dit en Esaïe 50, 4 : « Il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, pour que j’écoute comme écoutent des disciples. » Zachée avait également cette oreille éveillée pour les paroles de Jésus, et après avoir entendu sa voix, il l’a immédiatement suivi. Il avait clairement compris que Jésus s’était personnellement adressé à lui. En Jean 10, 3, il est dit que les brebis entendent la voix de Jésus, le berger, et qu’il appelle les brebis par leur nom et les conduit dehors. C’est ce qu’il a fait avec Zachée, et c’est ce qu’il veut faire avec nous tous, à condition que nous soyons disposés à entendre sa voix et à recevoir son invitation.

Un amour pour toute la vie

Il faut dire que Zachée fut très zélé dans sa foi et ce, dès le début, et si l’on se fie à un vieux dicton, « Ce qui est bien commencé est déjà à moitié fait. » Lorsque les hommes ressentent un amour particulier pour une autre personne qui compte beaucoup à leurs yeux, alors cet amour peut libérer une énergie tellement positive en eux qu’ils sont capables de faire des choses qui, dans le cas contraire, auraient été très difficiles, voire impossibles à accomplir.

Ce phénomène a également pu être observé chez Zachée. L’amour qu’il a reçu de Jésus a créé un amour réciproque si puissant qu’il n’avait pas le moindre doute lorsqu’il a dû mettre sa vie en ordre en l’espace de quelques jours et qu’il règle ses dettes envers les personnes qu’il avait blessées ou trompées. Il a même donné la moitié de ses biens aux pauvres, et il a remboursé au quadruple les personnes qu’il avait dupées.

En 2 Corinthiens 5, 14-15, Paul décrit ce phénomène avec les mots suivants : « Car l’amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts ; et qu’il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. »

La Bible n’en dit pas beaucoup plus sur la vie de Zachée après cet épisode. Nous pouvons espérer qu’il a conservé cet enthousiasme et cet amour pour son Seigneur et Maître jusqu’à la fin de sa vie, comme il est dit en Hébreux 6, 11-12 : « Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle pour conserver jusqu’à la fin une pleine espérance, en sorte que vous ne vous relâchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses. »

As-tu été beaucoup pardonné ?

Il y a aussi quelque chose d’autre à apprendre de l’histoire de Zachée : tu peux apprendre comment te comporter envers les hommes lorsque tu souhaites gagner leur cœur pour l’Evangile ou pour Christ. Zachée, le chef publicain, était sûrement assez surpris que Jésus l’ait abordé avec autant de gentillesse malgré les nombreux péchés et escroqueries qu’il avait sur la conscience. Il n’aurait pas été étonné de recevoir des réprimandes à la place de ces bonnes et douces paroles. Ainsi, si nous souhaitons être de bons « pêcheurs d’hommes” nous ferions mieux de prendre les paroles en Romains 2, 4 à cœur, où il est écrit que « la bonté de Dieu te pousse à la repentance. » Zachée est la preuve évidente que cette méthode est bien plus efficace que d’accuser quelqu’un avec des reproches comme le ferait un maître exigeant et disciplinaire.

La femme pécheresse qui a lavé les pieds de Jésus avec ses larmes en Luc 7, qui les a oint de parfum et qui les a essuyés avec ses cheveux a probablement expérimenté la même chose :  « … ses nombreux péchés ont été pardonnés : car elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui on pardonne peu aime peu. » Luc 7, 47.

Dans ce passage, nous pouvons beaucoup apprendre de notre Seigneur et Maître : nous voyons comment il traitait les hommes avec bonté et amour en faisant abstraction du sens de justice des hommes qui aurait tendance à dire que ces personnes ne méritaient rien de tout cela, compte tenu de leur passé. Et nous pouvons aussi apprendre de Zachée ou de la femme pécheresse que nous aussi avons été beaucoup pardonnés, et que nous devons donc exprimer notre reconnaissance et notre amour à l’égard de Jésus et de Dieu, tout comme ils l’ont fait envers nous !

 

Tu peux lire l’histoire de Jésus et de Zachée, le chef publicain en Luc 19, 1-10. 

As-tu apprécié cet article ? Notre page thème sur les personnages de la Bible ainsi que les articles suivants devraient probablement t’intéresser :

Télécharger gratuitement le E-book

Etre chrétien

Écrit par Elias Aslaksen

Le fait d’être chrétien renferme une vie beaucoup plus profonde que de simplement demander à Jésus d’entrer dans notre cœur et de croire au pardon des péchés. C’est une vie de développement et de croissance dans les vertus de Christ. Cette brochure présente très simplement et clairement les fondamentaux d’une vie de chrétien.