Une exhortation pressante à poursuivre la justice !

Nous devons grandir de plus en plus dans la justice. Mais il n’existe qu’un seul chemin pour que cela se produise.

Écrit par Elias Aslaksen
Une exhortation pressante à poursuivre la justice !

Le chemin de la justice est le chemin de la vie, car « la justice délivre de la mort ». Proverbes 10, 2.

Le premier pas vers la vie consiste en ce que, par la foi en l’expiation, la justice nous soit imputée sans que nous ayons fait une seule œuvre juste. (Romains 4, 3-6)

Poursuis la justice

Ensuite, il est bien entendu que nous devons entrer en possession d’une justice personnelle, de la justice de vie, la nature divine, qui est aussi une nature juste. Pour que cela se fasse, il faut que le vieil homme soit crucifié et qu’il meure; car il est et sera toujours injuste et incorrigible. Mais s’il ne peut pas être amélioré, cela n’a aucune espèce d’importance, car il peut – par la foi – être crucifié et mourir, ou on peut s’en dépouiller comme la Bible le dit aussi. (Ephésiens 4, 22-24 ; Colossiens 3, 9)

C’est seulement à ce moment-là que – en vertu de l’homme nouveau créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité – nous pouvons pratiquer la justice. (Ephésiens 4, 22-24)

Chaque pas sur le chemin de la vie est un pas dans la justice. Avancer sur le chemin signifie la même chose qu’avancer – grandir – dans la justice. C’est pourquoi il est écrit : « Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu’il s’éloigne de l’iniquité (l’injustice). » 2 Timothée 2, 19. « Si vous savez qu’il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui. » 1 Jean 2, 29. « Quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu. » 1 Jean 3, 10. Et : « Poursuis la justice. » 2 Timothée 2, 22. Toutes ces choses ne peuvent absolument rien signifier d’autre qu’une justice personnelle, en actes.

A mesure que notre vie propre et injuste est livrée à la mort, la vie divine et juste augmente en nous. A chaque accroissement dans la justice doit correspondre une diminution équivalente dans l’injustice. A chaque nouvelle lumière de vie, nous découvrons une nouvelle injustice en pensée, parole et actes, et, par la foi, nous obtenons une croissance équivalente dans la justice. Nous faisons un pas de plus sur le chemin de la justice, qui est en vérité le chemin de la vie. « La pratique de la justice et de l’équité, voilà ce que l’Éternel préfère aux sacrifices. » Proverbes 21, 3.

La vraie justice

Payer ses factures, rendre ce qu’on a volé ou emprunté, mentionner tout ce qu’on a gagné dans sa déclaration d’impôts etc., ne sont certainement pas les seules choses qui font partie de ce qu’on appelle la justice. Il y a aussi par exemple le fait d’augmenter le salaire de sa blanchisseuse de sa propre initiative, en tenant compte du fait qu’elle se fatigue beaucoup plus qu’on ne le fait soi-même ; ne pas exiger de son propre enfant plus que ce dont on était soi-même capable étant enfant ; donner aux autres la liberté qu’on souhaite pour soi-même ; faire envers les autres ce qu’on souhaite qu’ils fassent pour nous ; lorsqu’on a soi-même les forces, les capacités et la possibilité de gagner selon la volonté de Dieu plus d’argent que ce dont on a besoin pour soi-même, de partager alors avec les autres, les malades et les faibles qui ont moins de force et de capacités. (Ephésiens 4, 28 ; Psaumes 112, 9) Car qu’avons-nous que nous n’ayons reçu ? 1 Corinthiens 4, 7.

Il y a en Dieu tout un océan de justice, justice dans toutes les directions et à tous les degrés possibles ! C’est pourquoi obéissons à l’exhortation : « Poursuis la justice ! »

« Les justes croissent comme le palmier, ils s’élèvent comme le cèdre dans le Liban. » Psaumes 92, 13-16.


Cet article a été traduit du norvégien, et est une version révisée d’un chapitre intitulé « Le chemin de la justice » dans le livre « Chemins de Dieu » publié en janvier 1935.
© Copyright Stiftelsen Skjulte Skatters Forlag

Les articles ci-dessous devraient probablement t’intéresser :

Télécharger gratuitement le E-book

J’ai été crucifié avec Christ

Écrit par Elias Aslaksen

Cette brochure se fonde sur les paroles de Paul en Galates 2, 20 : « J’ai été crucifié avec Christ ; ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi… » Ici, Elias Aslaksen explique ce que cela signifie et comment le lecteur peut parvenir au même témoignage que Paul dans sa propre vie.