Que signifie « être parfaitement sauvé » ?

Être parfaitement sauvé exprime un salut plus profond : nous ne sommes pas seulement sauvés du salaire du péché, mais nous sommes bien plus délivrés des chaînes du péché.

Écrit par ChristianismeActif
Que signifie « être parfaitement sauvé » ?

Tu viens de donner ton cœur à Jésus. Tu t’es repenti et tes péchés t’ont été pardonnés. En d’autres termes, tu as été sauvé ! Sauvé du salaire du péché qui est la mort. Jésus-Christ a payé ta dette, et maintenant, puisque tu crois en lui, tu as reçu la vie éternelle ! (Jean 3, 16) C’est un don de grâce dont la valeur est indescriptible.

Mais est-ce que cela s’arrête là ? Est-ce donc tout ce « qu’être sauvé » signifie ? Qu’en est-il de ce que l’auteur de l’épître aux Hébreux écrit ? «…Il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. » Hébreux 7, 25. Il peut « sauver parfaitement » : qu’entend-il donc par là ? 

Il peut sauver parfaitement – un salut bien plus profond

Le verset 7 en Hébreux 25 parle d’un salut plus profond, nous ne sommes pas seulement sauvés du salaire du péché, mais nous sommes bien plus délivrés des chaînes du péché. Toi qui te sens lié au péché et qui ne réussis pas à y résister, toi qui demandes sans cesse pardon à Dieu, tu peux être sauvé ! En d’autres termes, au lieu d’être simplement affranchi du châtiment pour avoir cédé à la colère par exemple, tu peux être affranchi de la racine de colère qui habite dans ta chair. Cela peut se produire en toi, lorsque par l’obéissance aux injonctions du Saint Esprit, tu renonces aux convoitises de ta chair. Tu prends la décision consciente de ne pas céder à ces convoitises, et par l’Esprit, tu les vaincs avant qu’elles ne se transforment en péché. (Romains 8, 13) N’est-ce pas magnifique ? Et étant donné que Jésus vit toujours pour intercéder en ta faveur, tu peux être certain de recevoir l’aide et la puissance du Saint Esprit, cette aide qu’il nous a envoyée.

Si tu es fidèle pour vaincre tes convoitises à chaque fois que tu es tenté, que ce soit à des pensées impures, à de la jalousie ou à de l’orgueil, alors tu expérimenteras dans cette fidélité que tu arriveras à un stade où ces convoitises seront complètement vaincues. Pas après pas, elles seront entièrement déracinées et mises à mort ! Les vertus pourront croître à la place de ces convoitises qui autrefois étaient si profondément enracinées. C’est là ce que signifie l’expression « parfaitement sauvé » en Hébreux 7, 25. Ce n’est pas une affaire que tu peux régler en quelques jours, tu dois y travailler fidèlement toute ta vie.

Le processus de ce salut

Ce processus est décrit et expliqué par les paroles des apôtres ainsi que celles de Jésus :

«Tendons à ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes… » Hébreux 6, 1. « Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. » Matthieu 5, 48. « Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je cours… je cours vers le but… » Philippiens 3, 12-15. « Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre» Jacques 1, 4.

C’est ainsi que tu peux « [travailler] à [ton] propre salut avec crainte et tremblement.» Non pas parce que tu es si fort et capable, mais parce que tu te réjouis énormément datteindre ton objectif, le salut de ton âme. Tu es obéissant à « Dieu qui produit en [toi] le vouloir et le faire,» et qui te donne la force nécessaire pour agir ! Tu peux être «…persuadé que celui qui a  commencé en [toi] cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus Christ. » Philippiens 2, 12-13 ; Philippiens 1, 6.

Si tu accomplis encore les œuvres de la chair de ton plein gré,  tu n’es pas dans un processus de salut, et tu es loin d’être parfaitement sauvé. Mais si tu marches dans l’obéissance de l’Esprit, si tu vaincs les convoitises de la chair lorsqu’elles te sont révélées, alors tu obtiendras les fruits de l’Esprit. Des choses telles que l’amour, la joie, la bonté, le contrôle de soi, etc. Tu te trouves alors dans ce développement que Paul décrit en Romains 5, 10 : « Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. » En suivant l’exemple de Jésus, tu marches sur le chemin pour être parfaitement sauvé.

Le salut de ton âme

Tu n’entreras pas dans l’éternité les mains vides, mais avec le riche contenu des fruits de l’Esprit dans ton propre esprit ! Ce sera le contenu que tu auras obtenu dans les différentes opportunités qui se seront présentées à toi sous forme d’épreuves, de tentations et de défis dans ton quotidien, et qui t’auront permis de mettre en lumière le péché dans ta chair. Tu seras transformé – rendu semblable à l’image du Fils ! (Romains 8, 28-29) Tu deviendras participant de la nature divine ! (2 Pierre 1, 3-4)

« Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. » Jacques 1, 2-4

« C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra, lui que vous aimez sans l’avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d’une joie ineffable et glorieuse, parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi. » 1 Pierre 1, 6-9.

Notre page thème sur le salut et la sanctification ou les articles suivants devraient probablement t’intéresser :

Télécharger gratuitement le E-book

La grâce en Jésus-Christ

Écrit par Sigurd Bratlie

« Quand on pense à la grâce, on pense principalement au pardon. Et comme nous avons tous péché, nous avons tous besoin de grâce. » C’est avec cette phrase que Sigurd Bratlie commence sa brochure à propos de la grâce. Il approfondit ensuite ce thème en expliquant que cette grâce qui est en Jésus-Christ signifie bien plus que le simple pardon. Cela signifie aussi la vérité et l’aide. Elle nous enseigne à ne plus pécher, de sorte que nous puissions être complètement libres pour vivre une vie de victoire qui mène à la perfection.