La plus belle invitation que tu puisses recevoir

Jésus nous invite à « prendre sur nous son joug… car son joug est doux. » Qu’obtiendrons-nous si nous acceptons cette incroyable invitation et que nous recevons ses instructions ?

Écrit par Carol Laing
La plus belle invitation que tu puisses recevoir

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez le repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » Matthieu 11, 28-30.

Nous vivons dans un monde agité.

La Parole de Dieu est-elle toujours valable à notre époque ? Est-il vraiment possible de trouver le repos pour nos âmes, comme Jésus nous le promet ici ? Bien sûr que oui ! La parole de Dieu est immuable, et tout aussi vrai que Dieu vit, la parole demeure à jamais.

Prenez mon joug sur vous

Nous pouvons être reconnaissants de pouvoir parvenir à un repos intérieur, et Jésus nous indique justement comment y parvenir. « Prenez mon joug sur vous… » Qu’est-ce que son « joug ? » Prenons l’exemple de l’attelage que le fermier utilise pour diriger le bœuf comme il l’entend. Lorsque je porte le joug de Jésus, je ne peux pas aller où je veux, mais je dois me soumettre à une autorité supérieure. Mais comment cela peut-il me donner du repos pour mon âme ?

« Recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur. » Quel maître ! Lui qui sait parfaitement ce que cela signifie de vivre dans un monde impie, avec un corps et une âme qui sont sujets à des humeurs et à bien des tentations. Avec cette tendance à vouloir juger toutes choses en fonction de ce que je pense et ressens, à tout moment et de réagir en fonction de cela. Il nous invite à recevoir ses instructions, lui qui est doux et humble de cœur.

Là, sous le joug de Jésus, je comprends que lorsque Dieu dirige véritablement ma vie et que je me soumets à sa volonté, je trouve le repos. Je dois cesser de protester envers les autres, et/ou envers le traitement que je reçois d’eux ou des circonstances de la vie. Il dirige maintenant ma vie, et j’apprends à être reconnaissant pour toute chose, car c’est sa volonté parfaite pour moi. « Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. » 1 Thessaloniciens 5, 18.

Mon joug est doux

Cela ne se produit pas d’un seul coup, mais j’apprends, en tant que disciple de Jésus, à devenir doux et humble de cœur, à faire confiance en Dieu dans toutes les situations pour parvenir à de bons fruits, en son temps. N’est-ce pas là exactement ce que Jésus a fait en se soumettant à toute sorte de traitement, et même à la mort sur la croix ? Il a choisi de souffrir pendant sa vie ici sur terre, plutôt que de pécher, comme il est écrit en Hébreux 11, 25 et en 1 Pierre 4, 1. « Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » Nous pourrions dire que toute chose est facile lorsque je suis prêt à souffrir, et cela est effectivement facile, parce qu’avec un tel entendement, la grâce et le plaisir de Dieu sont avec moi dans une abondante mesure : il m’aidera à faire sa volonté.

Lorsque je me fais mon propre chemin, est-ce que cela m’a jamais apporté du repos pour mon âme, pour mon être intérieur ? En me débattant dans tous les sens pour essayer d’imposer ma propre volonté, je trouve, comme un bœuf rebelle, que la vie est difficile, qu’elle est un fardeau ! Mais lorsque je laisse Dieu, le Roi de paix, avoir le contrôle dans ma vie, je trouve le chemin auquel mon cœur aspire, c’est-à-dire à la paix que le monde entier recherche. Bénis soient ceux qui observent ces paroles de Jésus, ils parviendront au repos, c’est certain !

Quelle possibilité nous avons de pouvoir porter le joug avec lui, au service du Père !

Notre page thème à propos des paraboles de Jésus ainsi que les articles ci-dessous devraient probablement t’intéresser :

Télécharger gratuitement le E-book

L’Evangile de Dieu

Écrit par Sigurd Bratlie

La grâce signifie que tous nos péchés nous sont pardonnés lorsque nous les confessons. Mais cela signifie aussi que nous recevons la force pour obéir à la vérité avec laquelle Jésus est venu. Dans ce livre, Sigurd Bratlie développe ce sujet en nous dévoilant le vrai Evangile de Dieu, qui est l’obéissance de la foi.