Passer directement au contenu

Un comme le Père et le Fils sont un

L’unité parmi les chrétiens est le signe qui montre au monde que Jésus Christ a été envoyé par le Père. Mais comment pouvons-nous devenir un, comme le Père et le Fils sont un ?
One as the Father and the Son are one (John 17:21)

« Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, – moi en eux, et toi en moi, -afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. » Jean 17, 20-23.

Comment Dieu et Jésus ne font-ils qu’un ?

Nous avons une grande et sainte vocation, celle de ne faire qu’un, comme le Père et le Fils sont un. Si nous souhaitons parvenir à ce but, nous devons suivre le Fils sur le chemin étroit qui mène à la vie.

« Car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. » Jean 6, 38.

« Il a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes, et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel. » Hébreux 5, 8-9.

Nous pouvoir voir ici la manière dont le Père et le Fils sont devenus un. Jésus est né dans la race humaine ; il est devenu le Fils de l’Homme. (1 Timothée 2, 5) Il a appris l’obéissance en tant que Fils de l’Homme. Ce n’était pas facile pour lui de marcher sur ce chemin, mais il a appris au travers des souffrances, et on peut lire en Esaïe 53 certaines des souffrances au travers desquelles il a appris l’obéissance.

« Il a plu à l’Éternel de le briser par la souffrance… Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours ; Et l’œuvre de l’Éternel prospérera entre ses mains. » Esaïe 53, 10.

Jésus priait, « Que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. » Luc 22, 42. « Ma volonté » était la volonté de la race humaine, la volonté de Jésus en tant que Fils de l’Homme. Cette volonté devait être brisée pour que la volonté du Seigneur puisse prospérer entre ses mains, et Jésus devait donc être un sacrifice. Il a volontairement emprunté cette voie. C’est une voie nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour que nous puissions le suivre. C’est la voie sur laquelle la volonté de l’homme a été brisée et sur laquelle la plénitude de la divinité a pris corporellement habitation en lui. (Colossiens 1, 19 ; Colossiens 2, 9) Nous avons reçu de grandes et précieuses promesses par la connaissance de Jésus, afin que nous devenions nous aussi participants de la nature divine. (2 Pierre 1, 3-4)

Comment pouvons-nous devenir un comme le Père et le Fils sont un ?

Nous avons désormais les mêmes possibilités que celles que Jésus avait, si nous sommes également disposés à être un sacrifice. Jésus est devenu l’auteur d’un salut éternel pour tous ceux qui lui obéissent. (Hébreux 5, 9) De cette manière nous devenons un comme le Père et le Fils sont un.

C’est tellement important que Paul dit que c’est la raison pour laquelle il a reçu la grâce et l’apostolat, pour amener toutes les nations à l’obéissance de la foi. (Romains 1, 5) Cependant, il est impossible d’apprendre l’obéissance sans être prêt à être brisé. Nombreux sont ceux qui tentent d’unir différents groupes religieux afin de ne faire qu’un, mais c’est sans succès. Les dirigeants se considèrent comme importants, ils insistent sur leurs propres opinions, et les membres qui se joignent à eux font de même. C’est la raison qui explique les tensions incessantes et le ressentiment qui dominent au sein des différentes dénominations. Ils ne veulent pas être brisés. Nombreux d’entre eux parlent de l’amour et lisent en 1 Corinthiens 13, mais ils ne peuvent pas parvenir à cet amour s’ils ne sont pas prêts à être brisés.

Nous pouvons lire ce que l’amour n’est pas : il n’est pas envieux, il ne se vante point, il ne s’enfle point d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche point son propre intérêt, il ne s’irrite point, il ne soupçonne point le mal, etc. Celui qui n’est pas prêt à être brisé devient amer, il recherche son propre intérêt, il se vante. De telles personnes ne peuvent jamais être un. Elles trouvent toujours une raison de se vexer, au lieu de se charger de leur croix, de renoncer à elles-mêmes, et de juger leur propre égoïsme et leur dureté.

Nous pouvons aussi lire ce que l’amour est réellement: il est patient, il se réjouit de la vérité et il supporte tout, il croit tout, il espère tout. (Colossiens 3, 12-14) La plupart des hommes se lassent rapidement et atteignent assez vite leurs « limites » lorsqu’il s’agit de supporter leur prochain qui peut être difficile et désagréable. Au lieu de se laisser briser, ils deviennent durs et ils défendent leur « moi et tout ce qui tourne autour d’eux-mêmes ». Au lieu de pardonner comme Jésus a pardonné, ils finissent par être mauvais, et parlent en mal de leur frère.

Tu peux avoir de l’antipathie pour une personne que tu n’apprécies pas, mais tu restes toutefois poli et souriant, tout en gardant tes distances. Tu ne souhaites pas avoir spirituellement communion avec cette personne. Ton propre grand « Moi » n’est pas prêt à porter une autre personne. Tu ne veux pas être brisé afin de posséder l’amour qui supporte tout et qui espère tout. Bien sûr, tu ne souhaites pas entrer en conflit avec cette personne, donc tu maintiens une certaine distance. Mais tu n’es pas un comme le Père et le Fils sont un en te comportant de cette manière.

L’accomplissement de la prière de Jésus pour l’unité des chrétiens

Heureux sont ceux qui ont reçu la connaissance de l’unité qui existe entre le Fils et le Père, qui veulent suivre le Fils sur la route nouvelle et vivante. La prière de Jésus est accomplie dans leur vie, et ils expérimentent une gloire constante au milieu d’eux. Ils marchent dans la lumière comme il est lui-même dans la lumière, et le sang de Jésus les purifie de tout péché. Ils ont communion les uns avec les autres. (1 Jean 1, 7)

Dieu soit loué pour ce salut glorieux auquel nous avons part lorsque nous sommes disposés à nous offrir en sacrifice et parce que de plus en plus de personnes ont part à ce salut. Satan n’a pas de place dans cette communion dans la lumière.

« Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous ; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. Moi et le Père nous sommes un. » Jean 10, 27-30.

 

Cet article a été traduit à partir du norvégien, et a été publié pour la première fois dans le périodique de BCC «Trésors Cachés» («Hidden Treasures») en mars 1964.

© Copyright Stiftelsen Skjulte Skatters Forlag

 

Afin d’en savoir plus sur l’unité chrétienne rendez-vous sur la page thème concernant le Corps de Christ ou cliquez simplement sur les liens des articles ci-dessous.

L’unité entre les chrétiens est-elle possible ?

Dois-je aller à l’église pour être un chrétien ?

Les fondamentaux

Découvre comment la parole de Dieu te lance un défi et te permet de vivre à 100% selon sa volonté, pour que tu ne sois plus obligé de tomber dans le péché, et pour que tu puisses vivre une vie de victoire.

Télécharger le e-book gratuitement

J’ai été crucifié avec Christ

Cette brochure se fonde sur les paroles de Paul en Galates 2, 20 : « J’ai été crucifié avec Christ ; ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi… » Ici, Elias Aslaksen explique ce que cela signifie et comment le lecteur peut parvenir au même témoignage que Paul dans sa propre vie.

Suivez-nous