Passer directement au contenu

Schadrac, Méschac et Abed-Nego : rien n’a pu les amener à pécher

Est-ce que je peux vraiment dire que rien ne pourrait m’amener à pécher consciemment ?

Si tu es allé à l’école du dimanche étant enfant, tu connais bien l’histoire de Schadrac, Méschac et Abed-Nego. Ces trois hommes craignaient Dieu et ils ont refusé de se prosterner devant une idole, et pour finir, ils ont été jetés dans une « fournaise ardente ». Mais peux-tu dire toi aussi que tu as la même attitude lorsque tu es tenté de céder à la pression du corps du péché ?

Schadrac, Méschac et Abed-Nego : des exemples pour nous aujourd’hui

Le roi lui-même avait commandé : « Voici ce qu’on vous ordonne, peuples (…) vous vous prosternerez et vous adorerez la statue d’or qu’a élevée le roi Nebucadnetsar. Quiconque ne se prosternera pas et n’adorera pas sera jeté à l’instant même au milieu d’une fournaise ardente.» Daniel 3, 4-6.

Mais Schadrac, Méschac et Abed-Nego n’avaient pas à obéir à un tel commandement qui les aurait amenés à pécher. C’étaient des jeunes hommes juifs, qui avaient été élevés avec le commandement : «Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d’image taillée (…) Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point.» Exode 20, 3-5. Quand ils furent amenés à choisir entre pécher ou être jetés dans la fournaise, les choses étaient décidées d’avance. «Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et il nous délivrera de ta main, ô roi.» Daniel 3, 17.

Combien de personnes sont-elles remplies d’un tel zèle lorsqu’il s’agit de dire non au péché ? Combien de personnes sont-elles prêtes à supporter tout, plutôt que de pécher ? Cette histoire date de plusieurs milliers d’années, mais elle peut être appliquée à notre vie actuelle. Nous aussi, nous pouvons avoir une foi en Dieu qui sait sans l’ombre d’un doute que si nous sommes prêts à souffrir pour son nom, pour que sa volonté soit faite sur la terre comme elle est faite au ciel, il nous fera traverser n’importe quel feu que nous aurons à subir.

Le feu qui éprouve et purifie

« N’avons-nous pas jeté au milieu du feu trois hommes liés? (…) je vois quatre hommes sans liens, qui marchent au milieu du feu, et qui n’ont point de mal; et la figure du quatrième ressemble à celle d’un fils des dieux. » Daniel 3, 24-35

Il se peut que nous voulions chercher à éviter les situations qui pourraient déclencher un feu en nous, quand nous devons perdre quelque chose qui fait partie de notre propre vie. Il se peut que devions par exemple renoncer à notre honneur et perdre la face devant les autres. Ou il se peut aussi que nous devions vraiment sacrifier quelque chose pour accomplir la volonté de Dieu, ou encore que nous soyons dans une situation difficile à porter. Ces choses représentent un feu que nous devons supporter. C’est ce feu qui nous éprouve et qui nous purifie.

« C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra » 1 Pierre 1, 6-7.

Si nous accueillons et acceptons ce feu ; si nous le traversons avec joie afin d’être purifiés du péché qui est dans notre chair, pour que la volonté de Dieu soit faite plutôt que la nôtre, nous ne sommes pas seuls dans ce feu ! Le fils de Dieu est à nos côtés, de la même manière qu’il était avec  Schadrac, Méschac et Abed-Nego. Il est toujours présent et il nous vient en aide pour que nous puissions supporter l’épreuve et remporter la victoire, de sorte que nous ressortions de chaque épreuve indemnes et encore plus purs que nous l’étions avant la tribulation. Il a lui-même traversé des fournaises ardentes lorsqu’il était sur terre et il a supporté chaque souffrance. C’est maintenant à notre tour de « prendre part aux souffrances de Christ » pour que notre foi devienne sincère.

Pas même une odeur de roussi !

« Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d’une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. », 1 Pierre 4, 12-13.

Si nous laissons notre raisonnement humain et nos propres opinions nous trouver des excuses pour que nous ne passions pas par le feu, ou pour chercher un chemin qui nous permette de contourner le feu, nous perdons l’opportunité d’être purifiés de ce qui habite en nous et qui ne vient pas de Dieu. Lorsque  Schadrac, Méschac et Abed-Nego étaient dans la fournaise, le feu était tellement ardent qu’il a brûlé les cordes qui les liaient, mais quant à eux, ils n’ont subi aucun dommage ! Ils ne sentaient même pas le roussi ! (Daniel 3, 27)

Il peut en être de même avec nous. Si nous laissons le feu de Dieu travailler en nous, ces liens du péché qui nous retiennent prisonniers sont réduits en cendres, et nous pouvons traverser chaque épreuve sans même sentir le roussi. Cela veut dire que lorsque nous sommes dans une épreuve, nous ne nous plaignons pas et nous ne sommes pas amers. C’est cette « odeur de roussi » qui fait savoir à tout le monde ce que nous sommes en train d’endurer. Mais nous pouvons au contraire traverser le feu en ayant enduré cette situation uniquement devant la face de Dieu, en restant dans un esprit de reconnaissance, de repos, de paix et de joie ; sans qu’une « odeur de roussi » ne nous accompagne.

La foi de Schadrac, Méschac et Abed-Nego

Par leur foi, Dieu a été glorifié ! Leur foi parlait avec force du Dieu Tout-Puissant, qui fait des miracles et qui délivre ceux qui croient en lui. Leur foi a marqué l’histoire et a inspiré et encouragé beaucoup de personnes à croire en Dieu.

Ayons cette même foi qu’avaient Schadrac, Méschac et Abed-Nego.

(Tu peux lire l’histoire complète de Schadrac, Méschac et Abed-Nego dans Daniel 3)

Tu as été inspiré par cet article à propos de Schadrac, Méschac et Abed-Nego ?  Lis d’autres histoires inspirantes sur notre page thème à propos des Héros de la foi, ou encore les articles sélectionnés pour toi ci-dessous : 

Attends-tu un miracle ?

Un esprit de foi : s´emparer du pays promis

Les fondamentaux

Découvre comment la parole de Dieu te lance un défi et te permet de vivre à 100% selon sa volonté, pour que tu ne sois plus obligé de tomber dans le péché, et pour que tu puisses vivre une vie de victoire.

Télécharger le e-book gratuitement

La grâce en Jésus-Christ

« Quand on pense à la grâce, on pense principalement au pardon. Et comme nous avons tous péché, nous avons tous besoin de grâce. » C’est avec cette phrase que Sigurd Bratlie commence sa brochure à propos de la grâce. Il approfondit ensuite ce thème en expliquant que cette grâce qui est en Jésus-Christ signifie bien plus que le simple pardon. Cela signifie aussi la vérité et l’aide. Elle nous enseigne à ne plus pécher, de sorte que nous puissions être complètement libres pour vivre une vie de victoire qui mène à la perfection.

Suivez-nous