Rahab : une histoire biblique de foi et d’action

Un message inspirant pour tous ceux qui ont l’impression de ne pas être à la hauteur.

Écrit par Nellie Owens
Rahab : une histoire biblique de foi et d’action

Il n’est pas toujours facile de croire que Dieu a un plan et de l’espérance pour nous. Beaucoup de pensées peuvent envahir notre esprit et nous décourager de vivre cette vie élevée à laquelle Dieu nous a appelés.

Peut-être as-tu dit ou fait quelque chose de mal. Avec ton passé honteux, tu as l’impression que Dieu ne pourra jamais t’accepter.

Peut-être vois-tu une grande différence entre ta vie et les Écritures. Tout comme il est facile d’avoir honte de ses actions passées, on peut aussi facilement avoir honte de son manque de piété. Tu souhaiterais parvenir à une vie de pureté et de bonté, mais tu as l’impression d’en être encore si loin.

N’abandonne pas ! Les choses ont beau sembler sombres, tu as un avenir et une espérance, tout comme Rahab de Jéricho.

Une situation désespérée en apparence

Rahab était une femme cananéenne, une citoyenne appartenant à une nation réputée pour adorer des idoles. Selon la loi, Rahab ne pouvait pas avoir part aux promesses d’Israël : c’était une prostituée, chose qui était une abomination aux yeux du Seigneur (Deutéronome 23, 17).

A cause de la droiture d’Abraham, Dieu avait promis à la nation d’Israël le pays dans lequel vivait Rahab. (Genèse 17, 8) Lorsque Rahab et sa maison apprirent que le peuple d’Israël était en route pour conquérir Jéricho, une ville principale de Canaan, ils eurent peur pour leur vie car ils savaient que le même Dieu qui avait sorti son peuple hors d’Egypte donnerait à Israël la victoire sur Jéricho.

« Nous l’avons appris, et nous avons perdu courage, et tous nos esprits sont abattus à votre aspect ; car c’est l’Eternel, votre Dieu, qui est Dieu en haut dans les cieux et en bas sur la terre. » Josué 2, 11.

Avant même que Rahab ne rencontre les Israélites et leur puissante armée, elle croyait en Dieu, le Dieu d’Israël. Elle avait entendu parler de sa puissance et de la manière dont il avait sauvé et protégé Israël, et elle avait reçu la foi dans son cœur qu’il était le Seigneur en vérité.

Mais d’un point de vue extérieur, les choses ne semblaient pas tellement optimistes pour Rahab. Comment pouvait-elle espérer ou croire qu’elle serait épargnée ? Pourquoi ce Dieu qu’elle n’avait jamais connu auparavant lui ferait-elle une faveur, et aurait-il pitié de sa famille, plus que des autres à Jéricho ?

Par la foi

Bien que la situation pouvait sembler désespérée en apparence, Rahab n’a pas perdu espoir. Lorsque deux espions israéliens se sont présentés à sa porte, Rahab les a cachés au roi. Elle a alors demandé avec assurance aux espions de lui promettre de la sauver, elle ainsi que sa famille, lorsque Israël envahirait la ville. Les hommes lui ont alors répondu qu’elle devait attacher le même cordon de fil rouge à la fenêtre par laquelle elle les avait fait descendre pour s’échapper, et qu’elle ainsi que tous ceux qui habitaient dans sa maison seraient épargnés. Par la foi, Rahab attacha le cordon à sa fenêtre et dit : « Qu’il en soit selon vos paroles. » (Lis l’intégralité de l’histoire en Josué 2.)

Quelle attitude ! Bien que les choses pouvaient sembler sombres et désespérées, Rahab a fermement gardé la foi et l’espoir qu’elle et sa famille seraient sauvés.

En Hébreux 11, Paul écrit à propos de la puissance de la foi. Il commence le chapitre par ces mots : « Or, la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. Pour l’avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable. » Hébreux 11, 1-2. Le chapitre continue avec plusieurs exemples de personnes qui ont pris des décisions par la foi, et Rahab est incluse dans cette liste : « C’est par la foi que Rahab la prostituée ne périt pas avec les rebelles, parce qu’elle avait reçu les espions avec bienveillance. » Hébreux 11, 31.

Dieu n’a pas regardé à ce que Rahab avait fait, ou n’avait pas fait dans le passé, Il ne s’est pas préoccupé de savoir de quelle famille est était issue ni où elle vivait. Ce qui importait, c’était qu’elle croyait en Dieu et qu’elle croyait qu’il pouvait la sauver.

Étant donné qu’elle faisait partie du peuple des Gentils, c’est-à-dire de ceux qui n’étaient pas Juifs, Rahab n’a jamais eu la garantie de recevoir les promesses d’Israël. Et pourtant, elle a cru sans réserve que Dieu pouvait faire pour elle ce qu’il avait fait pour Israël, et cette foi l’a poussé à agir pour s’emparer des promesses de Dieu, et c’est cet acte de foi qui l’a justifiée. (Jacques 2, 25)

Notre espérance

Dans la société de nos jours, on ne se soucie probablement plus d’être assiégé, ou encore d’être confronté à la mort de la même manière que Rahab. Mais la Parole de Dieu nous dit que « le salaire du péché, c’est la mort. » Romains 6, 23. Nous avons tous péché, mais si nous croyons, Dieu a également un plan pour nous sauver de la destruction et de nous rendre héritiers de ses promesses !

« Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ. Il s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres. » Tite 2, 11-14.

« Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur. » 1 Jean 3, 3.

Cela signifie que tout comme Rahab, notre foi nous mènera à agir, à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines auxquelles nous sommes tentés ! C’est pourquoi Paul écrit au sujet de l’obéissance de la foi. (Romains 1, 5).

Rahab a rejoint les héritiers

Grâce à la foi de Rahab, elle et sa famille ont pu être épargnés, et ils habitèrent au milieu d’Israël. (Josué 6, 22-25). Rahab elle-même fit partie de la généalogie de Jésus. (Matthieu 1, 5)

L’exemple de Rabah nous sert de témoignage aujourd’hui : il nous apprend que ce qu’il importe peu de savoir ce que nous avons pu faire dans le passé, ou de voir à quel point les choses peuvent sembler sombres dans le moment présent. La foi en Dieu et l’obéissance envers sa Parole peuvent nous sauver de la destruction du péché et nous donnent un avenir et une espérance dans le royaume de Dieu.

Puissions nous saisir chaque possibilité qui se présente à nous en Jésus-Christ, et combattre dans le même esprit de foi, afin que nous aussi puissions avoir part à l’héritage que Dieu a promis à tous ceux qui placent en lui leur espérance !