Passer directement au contenu

Quelle est la différence entre la justification, le salut et la sanctification ?

La grâce et la foi sont le seul moyen de parvenir à la justification, au salut et à la sanctification. Que dois-je donc faire personnellement ?
What is the difference between justification, salvation and sanctification?

La justification, le salut et la sanctification sont étroitement liés.

Justification, salut et sanctification

La justification, c’est le pardon – l’effacement de toute ma culpabilité et des sanctions que j’ai méritées pour les péchés que j’ai commis – par la foi en Jésus Christ, qui s’est chargé de la culpabilité que j’ai contractée du fait de mes péchés et qui a payé le prix en mourant à ma place. (Galates 2, 16) Cela mène au salut.

Le salut, c’est le fait d’être sauvé de la culpabilité due aux péchés que j’ai commis, et mieux encore, c’est être sauvé de la racine du péché, de l’état d’esclave dans lequel j’étais par rapport au corps du péché. (Hébreux 7, 19, 25) Le Saint-Esprit vient habiter en moi, il agit en moi et il m’amène à vaincre le péché avant qu’il ne soit commis. Je suis sauvé quant à la nécessité de commettre le péché, je n’ai plus à commettre le péché simplement parce que j’ai du péché. Et ce salut mène à…

La sanctification, c’est le résultat du salut. C’est la transformation de la nature humaine en nature divine. (2 Pierre 1, 2-4 ; 1 Pierre 1, 15-16 ; Matthieu 5, 48) ; c’est être rendu saint. C’est un processus par lequel je passe tout au long de ma vie lorsque, dans l’obéissance à l’Esprit, je renonce aux œuvres de la chair et me revêts du fruit de l’Esprit. (Galates 5, 16)

Bien sûr, c’est par la grâce que nous pouvons avoir part à tout cela. C’est par la grâce que Dieu a parlé à mon cœur et qu’il m’a appelé à la repentance. C’est par la grâce et l’obéissance à la foi, comme un disciple, que je suis sauvé, sanctifié, rendu saint et pur comme lui, mon Maître et Sauveur et Époux, est pur.

Le salut par la foi

«Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.» Ephésiens 2, 8-10.

Je suis sauvé par la grâce et la foi – c’est le seul chemin qui mène au salut ! – mais «… si toute transgression et toute désobéissance a reçu une juste rétribution, comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut ! »  Hébreux 2, 2-3. En d’autres termes, je tombe sous le coup d’une sanction si, ayant reçu le salut, je le néglige et je retombe dans mes vieilles habitudes. C’est pourquoi je dois « travailler à mon salut avec crainte et tremblements ». Tout en sachant que c’est « Dieu qui produit en vous le vouloir (c’est la grâce) et le faire (c’est la grâce associée à une foi active ! Une foi qui pousse à l’action !), selon son bon plaisir. » Philippiens 2, 12-13.

Paul a écrit à Timothée : « Veille sur toi-même (la vérité sur moi-même, le péché qui habite en moi ; sois attentif et vigilant face à la tentation) et sur ton enseignement (apprendre à connaître les Écritures, c’est là que je trouverai le modèle auquel je dois comparer ma vie) ; persévère dans ces choses (être obéissant pour faire ce que je dois faire – ne pas permettre que le péché règne dans mon corps ; ne pas obéir à mes convoitises), car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent. » (1 Timothée 4, 16 – Romains 6, 12) Ce verset montre clairement que j’ai quelque chose à faire pour mon salut.

Sauvé à un degré plus profond

Je suis né de l’Esprit (Jean 3, 5-6), et je dois désormais continuer dans l’Esprit (Galates 5, 25). L’Esprit m’amène à me dépouiller des œuvres de la chair. Oui, j’ai du péché, contre lequel je suis impuissant. Mais cela ne signifie pas que je dois commettre le péché ! (1 Jean 5, 18 ; 1 Jean 2, 3-9) Car c’est Dieu qui produit en moi le vouloir et le faire ! Il m’incite à me dépouiller des œuvres de la chair par le Saint-Esprit qui agit en moi. Ce sont les bonnes œuvres que Dieu a préparées d’avance et dans lesquelles je dois marcher, que je dois faire. Je ne vois pas toutes ces œuvres immédiatement, mais tant que je suis fidèle pour être obéissant à l’Esprit, il peut m’en montrer de plus en plus et je peux être sauvé de plus en plus profondément.

Le Saint Esprit agit en moi, mais le Saint-Esprit n’accomplit pas les œuvres lui-même. « Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez. »  Romains 8, 13. C’est à moi de résister aux convoitises et aux désirs de la chair lorsqu’ils me sont révélés, c’est à moi de rester ferme au moment de la tentation, c’est à moi de vaincre le péché. Non pas par mes propres forces – je ne peux rien faire avec ma force humaine – mais par la puissance que le Saint-Esprit donne à ceux qui sont nés de l’Esprit.

Ces bonnes œuvres dans lesquelles je dois marcher ne sont pas les œuvres de la loi, mais ce sont les œuvres que Dieu a spécialement préparées pour moi, et que le Saint-Esprit me pousse à accomplir. (Galates 5, 16-20 ; Romains 6, 5-7)

Sauvé par une foi active et obéissante

Je suis sauvé par la foi, mais pas par une foi inerte et inanimée qui me fait croire que Jésus a tout fait à ma place et que je n’ai plus rien à faire. Par une foi active et obéissante je peux renoncer aux œuvres de la chair et me revêtir des fruits de l’Esprit. (Colossiens 3, 8-14) Je ne suis pas lié au péché dans la chair ! Je ne suis pas obligé de commettre de péché !

« Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. » Actes 5, 32.

(En savoir plus sur la différence entre le fait d’avoir et de commettre du péché)

Si je continue d’accomplir les œuvres de la chair, je ne pourrai pas être affranchi. Comment puis-je dire que je suis libre du péché si je continue de commettre le péché, parce que je suis « couvert par la justice de Jésus » ?

« Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption ; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle. » Galates 6, 8.

C’est Dieu qui agit en moi, c’est sa grâce qui m’attire sur les voies de la justice, si bien que je ne peux pas me vanter d’avoir fait quelque chose. Sans ce don de grâce de Dieu, je serais impuissant face au péché. C’est pourquoi, toute la grâce revient à Dieu. C’est pourquoi nous le louons éternellement, en disant : « Amen ! La louange, la gloire, la sagesse, l’action de grâces, l’honneur, la puissance, et la force, soient à notre Dieu, aux siècles des siècles ! Amen ! » Apocalypse 7, 12.

Vous souhaitez en savoir plus ? Jetez un oeil à notre page thème à propos du salut et de la sanctification ou lisez les articles sélectionnés pour vous ci-dessous : 

Le salut – une affaire de cœur

Un si grand salut

Les fondamentaux

Découvre comment la parole de Dieu te lance un défi et te permet de vivre à 100% selon sa volonté, pour que tu ne sois plus obligé de tomber dans le péché, et pour que tu puisses vivre une vie de victoire.

Télécharger le e-book gratuitement

Un si grand salut

A la fin de l’épître aux Hébreux, l’apôtre qualifie son épître de « paroles d’exhortation ». L’objectif de cette brochure est de s’attarder sur cette exhortation et de la développer pour apporter la foi et le salut à tous ceux qui ont une vocation céleste. Tous ceux qui suivent l’exhortation contenue dans l’épître aux Hébreux peuvent parvenir à ce si grand salut.

Suivez-nous