Que c’est misérable de regarder les autres de haut !

Lorsque Julia s’est rendue compte à quel point elle était pleine d’orgueil et d’arrogance, elle savait qu’il y avait un moyen d’y remédier.

Écrit par Julia Albig
Que c’est misérable de regarder les autres de haut !

C’était un jour ordinaire, j’étais assise dans une pièce avec beaucoup de personnes, lorsque tout à coup j’ai réalisé quelque chose d’horrifiant.

Je suivais une formation d’une semaine dans le cadre de mon travail. Il y avait peut-être dix autres personnes dans la salle. Parmi elle, il y avait un homme qui, selon moi, était un peu moins doué que moi. A vrai dire, il n’était pas « très drôle ». A chacun de ses gestes et à chacun de ses paroles, j’avais envie de lever les yeux au ciel.

Au fur et à mesure que les jours passaient, j’ai réalisé avec horreur que je méprisais cet homme. La terrible vérité, c’était que je me considérais supérieure à lui. Je le prenais de haut.

La conception commune

La plupart des gens dirait que ce genre de pensées est tout à fait normal ; nous sommes forcément amenés à rencontrer des personnes dans la vie que nous n’apprécions pas, avec qui l’entente n’est pas bonne ou qui sont tout simplement très différentes de nous. Mais en tant que disciple, je ne veux pas vivre selon la conception « commune » ou « ordinaire ». Je veux vivre selon la volonté de Dieu et suivre les traces de Jésus qui, « ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. » Philippiens 2, 8.

Dans le même chapitre, Paul écrit : “que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.” Philippiens 2, 3.

J’ai compris cette semaine à quel point j’étais remplie d’orgueil et d’arrogance par nature. Cela m’a littéralement dégoutée. Ce que j’ai vu en moi était tellement à l’opposé de ce que je souhaitais être : douce et humble de cœur comme Jésus l’était.

Mais je sais également qu’il n’y a aucune raison que je sois découragée par ce que je vois en moi-même. Grâce à la voie que Jésus a frayée lorsqu’il était un homme, j’ai une magnifique espérance, et il m’est possible de devenir une toute nouvelle personne, complètement transformée. Je ne suis pas simplement devenue un peu mieux, un peu plus humble, je suis une toute nouvelle personne ! Une personne qui regarde tous les autres comme étant au-dessus d’elle-même, sans exception.

Devenir une nouvelle création

Je peux faire cela en admettant la vérité sur ma nature, et en m’humiliant jusqu’à me rendre obéissante à la volonté de Dieu : jusqu’à la mort sur la croix. C’est à dire en combattant contre ces tendances avec la force que Dieu donne à tous ceux qui la lui demandent. Je sais ceux qui vainquent ont la promesse de recevoir la nature divine. (2 Pierre 1, 4)

Je suis tellement heureuse de pouvoir être affranchie des péchés horribles et blessants qui habitent dans ma nature. Je suis tellement reconnaissante que Jésus m’ait donné la possibilité de devenir une nouvelle créature.

Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.” 2 Corinthiens 5, 17.

Télécharger gratuitement le E-book

Un si grand salut

Écrit par Sigurd Bratlie

A la fin de l’épître aux Hébreux, l’apôtre qualifie son épître de « paroles d’exhortation ». L’objectif de cette brochure est de s’attarder sur cette exhortation et de la développer pour apporter la foi et le salut à tous ceux qui ont une vocation céleste. Tous ceux qui suivent l’exhortation contenue dans l’épître aux Hébreux peuvent parvenir à ce si grand salut.