Pas le temps d’écouter l’accusateur

Je m’étais habituée à donner raison aux mensonges décourageants de l’accusateur, jusqu’à ce que Dieu me montre ce qui devait changer dans ma vie.

Écrit par Heidi Baardsen
Pas le temps d’écouter l’accusateur

« Tu es une maman égoïste. Tu n’es pas une épouse aimante. Cela fait des années que tu combats les mêmes choses. Tu aurais déjà dû faire beaucoup plus de progrès. Tu as toujours été comme ça, et tu resteras toujours comme ça. »

C’était souvent le même type de situation qui déclenchait ces conversations intérieures. Je souhaitais faire le bien et suivre Jésus, mais je continuais pourtant de me mettre en colère avec mes enfants, de parler durement à mon mari, ou de trop m’inquiéter de ce que les autres pensaient de moi. Dès que ces choses se passaient, je me sentais immédiatement accusée au-dedans de moi. Les sentiments de culpabilité et de découragement me tourmentaient, et je croyais qu’il ne pourrait jamais y avoir aucun réel changement en moi. En réalité, bien que je craignais de le faire, je m’étais habituée à écouter ces pensées et à leur donner raison. Je me sentais paralysée et faible, et j’avais l’impression que Dieu était loin de moi.

J’étais consciente que ces accusations ne venaient pas de Dieu, puisqu’elles ne me procuraient ni paix ni perspective d’avenir et d’espérance. (Jérémie 29, 11) Je savais bien que ces pensées venaient de Satan, qui est décrit dans la Bible comme un « accusateur. » (Apocalypse 12, 10). Et je savais aussi que l’objectif de Satan était de me dérober ma paix et ma joie, car il est un voleur et un destructeur qui veut détruire ma foi. Et pourtant je me sentais toujours impuissante pour essayer de faire quoi que ce soit pour y remédier parce que je pensais que ces accusations étaient vraies. « Je sais », pensais-je. « Tout cela est vrai. Je n’y arriverai pas. Je ne peux pas devenir meilleure. »

Je savais que la puissance se trouvait dans la Parole de Dieu et dans la prière, mais dès lors que l’accusateur venait chuchoter à mon oreille, j’étais comme liée et j’avais l’impression qu’il ne servait à rien de prier. Dans l’agitation de la vie quotidienne, je n’avais pas donné la priorité à la lecture de la Parole de Dieu ou à la prière. Alors, lorsque Satan venait avec ses accusations, je me retrouvais sans arme pour combattre. Je me laissais croupir dans mes pensées et dans mes sentiments jusqu’à ce que je me sente au plus bas et tellement découragée que tout ce que je souhaitais, c’était de pouvoir m’enfouir sous un rocher et ne plus jamais ressortir de ma cachette.

Les choses deviennent claires

Un jour pendant l’une de ces périodes difficiles, j’ai décidé de rechercher tous les versets qui évoquaient le fait d’avoir Dieu à ses côtés et de recevoir sa force et son aide. Au fur et à mesure que je lisais, les choses devenaient de plus en plus claires : il existe bien certaines conditions ou exigences pour recevoir la force de Dieu et pour qu’il soit proche de nous. Nous lisons par exemple en 2 Chroniques 16, 9 : « Car l’Eternel étend ses regards sur toute la terre, pour soutenir ceux dont le cœur est tout entier à lui. » Et en Jacques 4, 7 : « Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. » 

Je me suis alors questionnée moi-même : mon cœur est-il loyal à Dieu lorsque je choisis d’écouter l’accusateur ? Me suis-je vraiment soumise à Dieu et approchée de lui avec un cœur purifié lorsque je me complais dans ces pensées dépressives sur ce qui s’est passé ? Pas du tout. Les conditions pour recevoir sa force et son aide sont devenues très claires à mes yeux. Mon cœur n’était pas fidèle à Dieu. J’avais fait confiance à mes propres sentiments et raisonnements au lieu de croire entièrement en lui et en ses promesses. Au lieu de consacrer mon temps à chercher sa volonté et de trouver ce qui lui était agréable, j’avais perdu mon temps à nourrir des discussions avec l’accusateur. Il fallait que je combatte pour garder mes pensées et mon cœur purs pour Dieu afin de recevoir sa puissance et que l’accusateur perde son emprise sur moi.

Il fallait que je sois active

Jusqu’à ce jour, j’avais toujours trouvé des excuses en me disant que je n’avais pas assez de temps. Mais j’ai alors pris la décision de passer du temps à lire la Parole de Dieu et à prier, que j’aie du temps libre dans le tumulte de la vie quotidienne ou non. J’ai vu que cela devient un tout autre combat lorsque je recherche activement sa volonté pour moi dans tout ce que je fais et dis, que je communique avec Jésus en tant qu’ami et médiateur, et que je prie pour les autres. Lorsque j’ai la Parole de Dieu dans mes pensées et que je suis remplie de l’Esprit, je suis plus éveillée au moment de la tentation et suis alors capable de combattre ces choses comme l’impatience, la recherche d’honneur etc. avant qu’elles ne se manifestent hors de mon corps. La Parole de Dieu est l’arme qui me permet de surmonter les tentations. Et si je n’ai pas la Parole de Dieu, bien entendu, je ne peux pas vaincre.

Je ne suis plus constamment sur la défensive, je ne me sens plus paralysée ou démunie lorsque je vois mon propre péché. J’ai remarqué que je n’accorde plus le moindre temps ou espace dans mes pensées pour les accusations de Satan, et il est même rare qu’il vienne à moi avec ses accusations. Satan a été dévoilé comme un menteur. J’ai certes une chair dans laquelle il n’habite rien de bon, comme nous pouvons le lire en Romains. Je suis tentée, et il peut parfois m’arriver de tomber, mais Dieu a des plans d’avenir et d’espérance pour moi. Je n’ai pas besoin d’être découragée et désespérée, parce que je peux demander pardon et me relever immédiatement, et prier et croire que cela réussira la prochaine fois. Si je me suis préparée en m’approchant de Dieu et en me nourrissant de sa Parole pour avoir une arme avec laquelle je peux combattre, alors je peux avoir la certitude que je pourrai vaincre la prochaine fois !

Je sais que je n’ai pas le choix que de garder une attitude offensive. Je dois bien utiliser mon temps, particulièrement dans mes pensées : je dois rechercher la volonté de Dieu, veiller et prier, et combattre activement. Lorsque je rencontre de nouvelles situations sur mon chemin et que l’Esprit m’éclaire à propos de moi-même, je peux m’approcher de Dieu en obéissant à sa Parole, en gardant un cœur pur et entier pour lui. En faisant cela, je remplis toujours les conditions requises pour recevoir la force et l’aide de Dieu afin de pouvoir vaincre l’accusateur.

Les articles suivants, à propos de l’accusateur et de la manière dont on peut le vaincre, devraient probablement t’intéresser : 

Télécharger gratuitement le E-book

La grâce en Jésus-Christ

Écrit par Sigurd Bratlie

« Quand on pense à la grâce, on pense principalement au pardon. Et comme nous avons tous péché, nous avons tous besoin de grâce. » C’est avec cette phrase que Sigurd Bratlie commence sa brochure à propos de la grâce. Il approfondit ensuite ce thème en expliquant que cette grâce qui est en Jésus-Christ signifie bien plus que le simple pardon. Cela signifie aussi la vérité et l’aide. Elle nous enseigne à ne plus pécher, de sorte que nous puissions être complètement libres pour vivre une vie de victoire qui mène à la perfection.