Le feu de la Pentecôte

Lors de la Pentecôte, les disciples furent baptisés de feu et du Saint Esprit. Le feu est nécessaire pour préserver l’unité.

Écrit par Aksel J. Smith
Le feu de la Pentecôte

« Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés ; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ trois mille âmes. Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. » Actes 3, 41-42.

La première assemblée continua de se rassembler d’un seul cœur tous les jours dans le temple. Ils se rassemblaient dans un seul esprit contre tous les armées des esprits méchants. Le premier amour brûlait dans leur cœur. Les hommes avaient été la proie de Satan durant des siècles, mais il était désormais obligé de battre en retraite devant ce feu de la Pentecôte.

Les bêtes sauvages se maintiennent à distance par rapport au feu

Si tu veux te protéger des bêtes sauvages dans la jungle, tu allumes un feu. Les bêtes t’observeront à une certaine distance, mais dès les premières flammes, elles reculeront. Mais lorsque le feu commence à s’éteindre, elles se rapprochent en rampant, et elles continuent de progresser à mesure que les flammes s’éteignent. Ceux qui sont à la périphérie seront les premiers à devenir la proie des bêtes sauvages. Si le feu s’éteint complètement, tout le monde deviendra leur proie. C’est une illustration de ce qui peut arriver dans l’assemblée du Dieu vivant.

Nous pouvons lire dans Actes 6, 1 que lorsque le nombre des disciples s´est multiplié, les murmures se sont élevés contre les Hébreux de la part des juifs hellénistes. Nous pouvons voir ici comment le grondement des bêtes sauvages retentit rapidement parmi ceux qui étaient à la périphérie de la première assemblée. Paul dit au chapitre 20, 28-29 : « Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang. Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau. »

Paul exhorte puissamment les anciens à veiller sur le troupeau et il les met en garde contre ces loups cruels. Il fallait tout mettre en œuvre pour protéger le troupeau de Dieu que Jésus s’est acquis par son propre sang. C’est là que nous devons aimer Christ « plus que ceux-ci ». Lis Jean 21, 15-17.

Le feu de la Pentecôte brûle toujours chez les disciples

Satan ne pouvait rien faire avec le noyau des disciples de la première assemblée. Ils étaient invincibles. Le feu de la Pentecôte brûlait en chacun d’eux jusqu’à leur dernier jour. Même de nos jours, les prédateurs rôdent autour de l’assemblée du Dieu vivant, et à tout instant, on peut entendre gronder et rugir à la périphérie. Cependant, aujourd’hui encore, il y a de nombreux disciples dont le cœur brûle du feu de la Pentecôte, et Satan n’a aucun pouvoir sur eux. C’est pour cette raison que tout le monde devrait se hâter de venir au centre, là où le feu est le plus chaud.

Pour que le feu brûle, il faut qu’il soit alimenté par notre vie propre. Le feu de la Pentecôte a dépéri dans les cœurs où il manquait une plus profonde connaissance de soi. Tout ce qu’il leur restait à ce moment-là, c’étaient les souvenirs glorieux du temps où ils avaient été baptisés de l´Esprit. Mêmes vêtues de peaux de brebis, les bêtes sauvages font des ravages dans de telles assemblées.

Le feu de la Pentecôte doit être entretenu. De ferventes réunions de prières sont nécessaires. Toute la méchanceté doit cesser en nous. Veillons à ce que rien ne vienne rompre la communion avec les saints, car sans cela ce sera fini pour nous. Nous ne pouvons participer à la croissance du corps de Christ qu’avec les autres saints, en ayant une relation de plus en plus étroite avec celui qui est la tête. C’est uniquement dans le corps que se trouve la plénitude de Christ. Soyons comme les disciples de la première assemblée, qui auraient préféré être brûlés au bûcher plutôt que de pécher.

Extrait d’un article publié pour la première fois dans le périodique de BCC “Trésors Cachés” (“Skjulte Skatter”), Janvier 1938
© Copyright Stiftelsen Skjulte Skatters Forlag

Télécharger gratuitement le E-book

La grâce en Jésus-Christ

Écrit par Sigurd Bratlie

« Quand on pense à la grâce, on pense principalement au pardon. Et comme nous avons tous péché, nous avons tous besoin de grâce. » C’est avec cette phrase que Sigurd Bratlie commence sa brochure à propos de la grâce. Il approfondit ensuite ce thème en expliquant que cette grâce qui est en Jésus-Christ signifie bien plus que le simple pardon. Cela signifie aussi la vérité et l’aide. Elle nous enseigne à ne plus pécher, de sorte que nous puissions être complètement libres pour vivre une vie de victoire qui mène à la perfection.