Pouvoir se raccrocher à la parole de Dieu au seuil de la mort

Pendant son hospitalisation, Hermen, atteint du COVID-19, a pu se raccrocher à des versets de la Bible qui revenaient sans cesse à son esprit.

Pouvoir se raccrocher à la parole de Dieu au seuil de la mort

Pendant son hospitalisation et isolation dans l’unité de pneumologie au printemps dernier, Hermen était si malade qu’il était à peine conscient d’être encore vivant. L’atmosphère dans le service de pneumologie était effrayant ; les patients commençaient à paniquer à cause de l’évolution imprévisible et incertaine de la maladie. Au cours de ces journées difficiles, et de ces longues nuits blanches, Hermen s’est raccroché à des versets de la parole de Dieu qui lui venaient à l’esprit.

« Aujourd’hui, ma femme et moi sommes partis faire un tour de vélo ensemble pour que je puisse commencer à retrouver la forme », nous raconte Hermen avec enthousiasme alors que nous nous saluons dans un appel vidéo. Sa voix est enjouée, et il est difficile d’imaginer qu’il était au seuil de la mort il y a seulement quelques semaines de cela. « La grâce de Dieu est un thème récurrent dans ma vie », nous dit Hermen. « Je lui dois tout. »

« Dieu n’a cessé de frapper à la porte de mon cœur »

Hermen a grandi avec six sœurs, et la foi chrétienne a eu une place centrale dans sa famille. Il garde de bons souvenirs de son enfance, et se rappelle encore avec quelle vivacité et avec quel enthousiasme son père leur racontait des histoires de la Bible. Mais lorsqu’il est devenu adolescent, Hermen a choisi un autre chemin, et la foi de son enfance s’est évanouie derrière lui.

« Ce n’est que par sa grande grâce que Dieu a continué de frapper à la porte de mon cœur », dit Hermen formellement. Il avait 18 ans lorsqu’il est parti en vacances avec un ami dans le sud de la France. Cela ne s’est pas passé comme il l’avait imaginé, et Hermen est rentré déçu à la maison. « A partir de ce moment, l’Esprit de Dieu a commencé à me parler puissamment ; c’était comme si Dieu m’attrapait par la peau du cou en me disant : ‘Hermen, qu’est-ce que tu veux avec ta vie ? Je veux te montrer un chemin complètement différent !’ Par la grâce de Dieu, j’ai pu me convertir à ce moment. Je suis convaincu que je dois aussi cette conversion dans ma vie aux prières de mes parents. »

Le désir de vivre une vie chrétienne intègre

Le jeune nouveau converti sentait un grand besoin de creuser dans la Bible. Il aspirait à cette vie chrétienne intègre et honnête dont il était question dans la Bible. Plusieurs fois par semaine, Hermen organisait une réunion de prière avec quelques amis, souvent dans la forêt, et ils priaient pour être remplis du Saint-Esprit. « J’avais lu en Jean 3, 8, que tout homme qui est né de l’Esprit est aussi flexible que le vent, et c’était exactement ce que je souhaitais devenir ! En tant qu’êtres humains, nous pouvons être si bornés et nous inquiéter de formes et d’apparences inutiles. Mais lorsque nous sommes inspirés par l’Esprit de Dieu, nous devenons purs et simples, et nous apprenons à être flexibles. Alors Dieu peut nous utiliser pour vivre à la gloire de son Nom ! »

Partager la joie de l’évangile

Hermen souhaitait partager avec les autres la joie que lui procurait le message qu’il lisait dans la Bible. « J’aime les gens, et je souhaitais que les autres puissent aussi faire l’expérience de ce bonheur que j’avais moi-même trouvé grâce à l’évangile. L’évangile peut libérer les hommes et leur apporter l’espérance et la lumière ! Répandre l’évangile, la bonne nouvelle, c’est quelque chose qui est parfaitement à notre portée : nous pouvons commencer à la maison et avec les gens qui nous entourent. »

Mais son amour pour les autres a aussi emmené Hermen à voyager au-delà des frontières de son pays. Ses premiers voyages eurent lieu en Europe de l’Est, et plus tard, il a aussi voyagé dans d’autres continents tels qu’en Amérique du Sud et en Asie. « Si tu as déjà eu la chance d’entrer en contact avec des hommes qui aspirent à trouver la paix et la libération, tu te sens obligé de leur rendre de nouveau visite et de les fortifier », dit Hermen tandis qu’il nous parle de ses nombreux voyages. Il est ému lorsqu’il parle des amis qu’il a rencontrés à travers le monde, de leur foi inébranlable, même dans les années où la communication était encore très difficile à cause de leurs conditions de vie primitives.

Infecté par le coronavirus

Au printemps dernier, Hermen est tombé malade. Au début, cela ressemblait simplement à une petite grippe, mais les symptômes se sont rapidement aggravés : des sensations de brûlures musculaires, de la fièvre, et un essoufflement de plus en plus sévère. A la fin, il a fallu appeler une ambulance, et pendant le trajet vers l’hôpital, ils l’ont immédiatement mis sous assistance respiratoire. Ses soupçons furent alors confirmés par un test à l’hôpital : il avait été infecté par le coronavirus.

L’état de Hermen s’est rapidement dégradé. L’apport maximum d’oxygène ne suffisait même pas : il était toujours à bout de souffle. Dans l’unité de pneumologie, il recevait de l’oxygène grâce à un appareil respiratoire actif. « Une sorte de cagoule est ajustée tout autour de la tête, et l’air est insufflé en toi comme un ouragan. Donc ce n’est même la peine d’essayer de dormir. J’avais tellement du mal à respirer et je me sentais tellement malade que je remarquais à peine que j’étais encore vivant. Après coup, j’ai entendu que j’avais les cinq lobes pulmonaires inflammés, et que c’était pour cette raison qu’ils pouvaient difficilement absorber l’oxygène. »

« Lorsque la panique me menaçait, je me raccrochais à des versets de la Bible »

L’atmosphère dans le service était oppressante. « J’étais dans une salle avec deux autres patients. Les gens paniquaient à cause de l’incertitude et de la peur. A côté de moi, il y avait un monsieur qui avait vraiment une sale toux. Une de ces nuits, sa toux s’est soudainement arrêtée. Il est mort, sans même avoir ses proches à son chevet. Cela a également été très difficile pour le personnel soignant. »

Pendant ces jours et ces heures difficiles, lorsque la panique menaçait de prendre le dessus, Hermen s’est raccroché aux versets de la Bible qui lui venaient à l’esprit. « La Bible recèle de trésors et d’aide. Je ne vais pas citer tous les versets qui m’ont aidé parce qu’il y en aurait trop. Mais il y a un verset en particulier qui  me revenait souvent : « La détresse et l’angoisse m’atteignent : tes commandements font mes délices. » Psaume 119, 143.

« Alors que j’étais couché là, je pensais aux paroles de la Bible. Par exemple ‘Ne vous inquiétez de rien… ‘ (Philippiens 4, 6) Je me répétais ces paroles encore et encore : ‘Ne vous inquiétez de rien !‘ Je remarquais que lorsque de telles paroles venaient à mon esprit, elles m’aidaient à contrôler mon souffle. Elles me donnaient de la paix et devenaient une source de joie, de délice, comme il est écrit dans ce verset dans les Psaumes !

Creuse dans la parole de Dieu !

« Vous pouvez imaginer combien j’étais reconnaissant d’avoir beaucoup lu la Bible lorsque j’étais jeune, de sorte que toutes ces paroles pouvaient revenir à mon esprit et m’aider ! C’est quelque chose que je recommande à tous les jeunes ! Lorsque tu es jeune, tu as du temps. Tu penses peut-être ‘J’ai encore plein d’années devant moi‘, et c’est souvent le cas, effectivement. Mais à notre époque et à ton âge, il y a tellement d’informations et de loisirs numériques à disposition, que l’on peut facilement laisser le temps filer entre ses doigts.

Il n’existe pas de meilleur investissement dans ta vie que de creuser dans la parole de Dieu. Prends consciemment du temps pour faire cela, ne lis pas juste superficiellement dans la Bible, mais pense à ce que cela signifie pour toi personnellement. Alors, ces versets de la Bible reviendront à ton esprit et t’aideront dans toutes tes circonstances. Lorsque tu te préoccupes de la parole de Dieu de cette manière, tu apprends à connaître Dieu lui-même ! Cela te donnera un fondement solide pour ta vie. »

Apprends-en davantage au sujet de Hermen et de sa femme Jenneke dans l’article ci-dessous :