Soupçons et suppositions

Evil suspicions are contrary the example left by Christ, stemming from a lack of love. But there is a way out of these destructive thoughts!

Écrit par Gary Fenn
Soupçons et suppositions

Les soupçons et les suppositions qu’on peut avoir sur d’autres personnes ou au sujet de certaines circonstances viennent de ce qu’on est charnel. On voit et on entend, et on juge ensuite selon la chair. Souvent on s’est tout simplement mêlé des affaires des autres. Cela crée beaucoup d’agitation inutile d’abord dans la celui qui juge, et ensuite dans ceux avec qui il a échangé des paroles vaines. Même si on invoque comme excuse qu’on est préoccupé et qu’on prend soin de la personne en question, il y a de l’orgueil derrière tout cela et on s’élève soi-même.

Des pensées charnelles ou spirituelles

Jésus dit : « Ne jugez pas selon l’apparence, mais jugez selon la justice.» Jean 7, 24. Si on demande sur quelle source d’information on fonde ses conclusions, on constate souvent qu’il s’agit uniquement de soupçons ou de suppositions qui viennent de nos propres pensées humaines ou celles d’autres personnes. La source peut être des gens de notre propre famille ou d’autres personnes qui ont été vexées ou ont trouvé une occasion de chute. C’est loin d’être juste.

C’est tout le contraire de l’exemple que Christ et ses serviteurs nous ont donné. « Il respirera la crainte de l’Eternel ; il ne jugera point sur l’apparence, il ne prononcera point sur un ouï-dire. » Esaïe 11, 3. « Moi-même j’étais auprès de vous dans un état de faiblesse, de crainte, et de grand tremblement. » 1 Corinthiens 2, 3.

Il est écrit dans Ecclésiastique 19, 13-15 : « Explique-toi avec ton ami : peut-être n’a-t-il rien fait, et s’il a fait quelque chose, il ne le fera plus. Explique-toi avec ton prochain : peut-être n’a-t-il rien dit, et s’il a dit quelque chose, il ne recommencera pas. Explique-toi avec ton ami : on calomnie souvent, et ne te fie pas à tout ce qu’on dit. » Cela peut souvent être une manière simple de s’y prendre pour parvenir au repos et fortifier la communion au lieu de la détruire. L’autre manière de faire consiste souvent à chercher conseil dans sa propre âme ou dans les âmes de ceux qui ont un entendement charnel pour trouver un soutien et de la sympathie.

Les mauvais soupçons viennent d’un manque d’amour

L’apôtre Paul était persuadé que les frères de Rome étaient « pleins de bonnes dispositions, remplis de toute connaissance, et capables de s’exhorter les uns les autres. » Romains 15, 14. C’est peut-être souvent un manque de cette bonté et de cet amour mutuel qui permet au soupçon de s’installer dans nos pensées et qui fait qu’on les partage avec d’autres, au lieu d’aller voir la personne en cause pour apporter de l’aide.

« Mais si vous avez dans votre cœur un zèle amer et un esprit de dispute, ne vous glorifiez pas et ne mentez pas contre la vérité. Cette sagesse n’est point celle qui vient d’en haut; mais elle est terrestre, charnelle, diabolique. Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions. » Jacques 3, 14-16. Les choses deviennent vite compliquées et déroutantes quand on se laisse influencer par la sagesse d’en bas. On s’ouvre aux sources de la méchanceté et on peut vite être contaminés par des forces spirituelles méchantes. On peut avoir beaucoup apprécié certaines personnes et les avoir aimées, et puis tout à coup on se pose des questions à leur sujet, on les juge et on va peut-être même jusqu’à les condamner. On est alors loin de la fidélité simple à l’égard de Jésus-Christ, parce qu’on a donné accès à la jalousie ou au fait de chercher son propre intérêt.

Les paroles saines de l’Evangile

« Si quelqu’un enseigne de fausses doctrines, et ne s’attache pas aux saines paroles de notre Seigneur Jésus-Christ et à la doctrine qui est selon la piété, il est enflé d’orgueil, il ne sait rien et il a la maladie des questions oiseuses et des disputes de mots, d’où naissent l’envie, les querelles, les calomnies, les mauvais soupçons. » 1 Timothée 6, 3-4.

Détournons-nous de toute notre folie humaine et retenons les paroles saines de l’Evangile, la source de tout le salut, de toute la bénédiction et toute la communion. Comme Jésus nous l’a ordonné, renonçons à nous-mêmes et chargeons-nous chaque jour de notre croix, abstenons-nous de juger, de sorte que nous ne soyons pas jugés nous-mêmes, soyons pauvres en esprit, et aimons comme il nous a aimés. Veillons sur nous-mêmes et sur notre enseignement, pour que nous puissions être sauvés nous-mêmes ainsi que ceux qui nous écoutent. Et recherchons la paix avec tous ainsi que la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. (Luc 9, 23 ; Matthieu 7, 1 ; Matthieu 5, 3 ; Jean 13, 34 ; 1 Timothée 4, 16 ; Hébreux 12, 14.)

Cet article fut intialement publié sous le titre « Soupçons et suppositions » dans la brochure périodique Trésors Cachés, dans le numéro d’octobre 2017.  
© Stiftelsen Skjulte Skatters Forlag 2017 | ActiveChristianity

Notre page thème « Être chrétien » ainsi que les articles ci-dessous devraient probablement t’intéresser :