Un arbre planté près des eaux

T’abreuves-tu de la source qui jamais ne s’assèche, quel que soit l’état du monde ?

Écrit par Jim Albig
Un arbre planté près des eaux

 

Au milieu d’un monde turbulent, tu peux être comme un arbre planté près des eaux !

Le temps dans lequel nous vivons

Le temps dans lequel nous vivons a affecté presque tout le monde : il a défié la manière dont nous pensons, dont nous agissons, et il a vraisemblablement poussé la plupart d’entre nous à réfléchir à ce en quoi nous plaçons notre confiance. Les gens ont vu leurs richesses s’évaporer, leur emploi disparaître sous leur nez, et l’animosité se développer entre familles et amis par rapport aux nouveaux sujets dans les médias et aux changements dans la société. Les « certitudes » de la vie n’en sont plus, et nous peinons à trouver des réponses ou des solutions claires.

Et au milieu de tout cela, les gens clament en faveur de l’égalité et des « droits de l’homme » car leurs craintes et leurs frustrations intérieures débordent, et ce, souvent dans de violentes manifestations. Mais de quoi les gens ont-il si peur ? Pourquoi le monde connaît-il un tel manque de paix et de repos ?

En Matthieu 6, 19-20, Jésus dit : « Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. »

Le fait est que les gens, malgré les paroles de Jésus, fondent de grands espoirs sur la terre, et qu’ils y investissent énormément. Ils ont mis toute leur énergie et leurs efforts à contribution pour s’amasser des trésors ici sur terre, qui pourront subvenir à leurs besoins et rendre leurs jours ici sur terre les plus confortables et agréables possible. La signification de « trésors terrestres » peut varier d’une personne à l’autre, mais tôt ou tard, tous ces différents trésors seront éprouvés et les gens verront « la teigne et la rouille les détruire, et les voleurs les percer et les dérober. »

Comme un arbre planté près des eaux

Ainsi parle l’Eternel dans Jérémie : « Béni soit l’homme qui se confie dans l’Eternel, et dont l’Eternel est l’espérance ! Il est comme un arbre planté près des eaux, et qui étend ses racines vers le courant ; il n’aperçoit point la chaleur quand elle vient, et son feuillage reste vert ; dans l’année de la sécheresse, il n’a point de crainte, et il ne cesse de porter du fruit. » Jérémie 17, 7-8.

Nous pouvons comparer les périodes difficiles à une sécheresse qui vient sur le monde. L’anxiété règne partout où les hommes sont agités quant à leur emploi, à l’économie, au gouvernement, et quant à toute sorte de choses imaginables. Quel contraste cela crée alors lorsqu’on s’imagine cet arbre planté près des eaux ! Au lieu de flétrir et de mourir de cette sécheresse, des fruits glorieux peuvent encore en pousser. La « chaleur » qui a tué et détruit presque toutes les autres formes de végétation n’ont visiblement aucun effet sur ces fruits. Comment cela est-il possible ?

Dans les « moments d’abondance », cet arbre magnifique ne s’est pas contenté de s’enraciner de manière superficielle ; avec des racines qui ne se nourrissaient que de la surface. L’arbre avait une aspiration intérieure à trouver des aliments et de la subsistance qui pouvaient lui offrir une nourriture véritable. Il ne se contentait pas de seulement bien se sentir après un accomplissement extérieur ou après de bonnes œuvres lorsqu’il remarquait qu’il y avait, derrière ses actions, de l’honneur des hommes et des ambitions égoïstes. Une vie confortable et un succès terrestre ne signifiaient rien pour lui s’il ne pouvait pas avoir de contenu pour l’éternité au-dedans de lui. Son aspiration à être libéré de toutes les pensées et chaînes terrestres, et à combler le vide de son esprit l’a poussé à planter ses racines bien profondément pour rechercher de l’eau véritable. « Comment est-ce que je peux devenir réellement libre de l’égoïsme ? Comment est-ce que je peux être rempli de paix et de repos pour ma vie et pour l’éternité ? » Dans son désespoir, il a imploré Dieu de lui répondre, de lui envoyer de l’aide pour vivre une vie qui puisse avoir une signification ici sur terre, et pour être guidé jusque dans l’éternité.

C’est là que les racines ont trouvé l’eau. Dieu a répondu à l’arbre avec son Esprit et l’a rempli d’un désir de rechercher les choses du ciel. L’arbre a commencé à porter du fruit lorsque l’Esprit a commencé à l’instruire à propos des choses célestes. Au début, il n’y a jamais beaucoup de fruit ; les épreuves et les difficultés auxquelles l’arbre devra faire face continuent d’être abordés avec des pensées et des réactions humaines, car un combat intense est nécessaire pour pouvoir se séparer de ses propres pensées et d’entrer dans la direction de Dieu.

Les racines qui ont leur source dans l’égo et dans le raisonnement humain, flétrissent et meurent, tandis que des racines qui pénètrent profondément s’étendent pour trouver de l’eau et de la nourriture véritables. Ces racines qui pénètrent profondément consultent Dieu par la prière et par sa parole, en aspirant à obtenir davantage de la puissance et de la nourriture dont elles ont déjà fait l’expérience. Cela conduit ainsi l’arbre à expérimenter des versets tels que le Psaume 16, 11 : « Tu me feras connaître le sentier de la vie ; il y a d’abondantes joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite », et il se réjouit dans le besoin. Il voit que l’anxiété qu’il ressent provient de ses propres pensées et projets pour l’avenir. En fait, Dieu a déjà prévu un sentier pour sa vie, et s’il marche avec lui sur ce sentier, il obtiendra une plénitude de joie ! Le cri de son cœur devient de plus en plus semblable à celui de Jérémie : « Mon espérance est l’Éternel, et je me confie en lui ! » Les fruits de la paix, de la joie, et de l’amour commencent à fleurir lorsque Dieu le conduit loin de toute agitation, insatisfaction et froideur, pour le faire entrer dans ses glorieuses promesses.

Au milieu de ces temps, nous pouvons être de tels arbres, nous aussi. Des arbres qui continuent d’avancer calmement, qui ne s’inquiètent pas de l’avenir et de ce qui arrivera ; avec un repos parfait en la puissance de Dieu et en la foi que toutes choses concourent à notre bien. (Romains 8, 28) Alors, des fruits bénis peuvent se manifester à la place de l’anxiété, des craintes et des inégalités de notre époque. Tous les arbres qui participent à cette œuvre sur terre ont reçu l’assurance de pouvoir hériter de trésors célestes.

 

Notre page thème « Être chrétien » ainsi que les articles ci-dessous devraient probablement t’intéresser :