Vis-tu simplement de manière « pieuse » ou bien vis-tu la vie de Jésus ?

Nous n’avons pas besoin d’attendre d’arriver au ciel pour avoir part à la vie de Jésus.

Écrit par ChristianismeActif
Vis-tu simplement de manière « pieuse » ou bien vis-tu la vie de Jésus ?

Paul écrit en 2 Corinthiens 4, 11 : « Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. » Nous n’avons pas besoin d’attendre d’arriver au ciel pour avoir part à la vie de Jésus. Mais quelle est la différence entre une personne qui vit une vie ordinaire selon la loi et une personne qui a part à la vie de Jésus ?

La piété selon la loi

La différence est aussi grande que celle qui existe entre le ciel et la terre. La première personne vit une vie terrestre et fait du mieux qu’elle peut pour vivre selon la loi. Et en vivant selon la loi, elle se revêt d’une piété extérieure. Une telle personne pense être meilleure que les autres. C’est également ce qui est arrivé avec les Juifs. Si nous considérons les choses terrestres et naturelles, nous nous apercevons qu’ils avaient une meilleure vie car ils respectaient la loi et les commandements.

Imaginons par exemple que tu discutes avec une personne généreuse et que tu parles du fait de devenir plus généreux. Si cette personne vit selon la loi et qu’elle s’en abreuve, elle risque de te regarder avec un air offensé et de te répondre : « Pourquoi me parles-tu de cela ? Tu n’as pas idée de combien j’ai donné ! Si tu savais à quel point j’ai été généreux dans ma vie ! Et je ne parle même pas des souffrances que j’ai endurées ! Tu devrais savoir combien j’ai souffert. Personne n’a connu autant de souffrances que moi. » Et ainsi de suite. Cette réaction vient du fait fait que la générosité de telles personnes est basée sur la loi ; elles sont certes parvenues à une vie, mais cela reste leur propre vie. Elles ne sont pas parvenues à une nouvelle vie avec Christ et Dieu ; elles ne sont pas parvenues à la vie de Jésus.

Avoir part à la vie de Jésus

Mais Paul dit que nous devons mourir. Nous devons être « livrés à la mort pour la cause de Jésus. » Et le fait de mourir à soi-même est une voie complètement différente que Jésus a inaugurée pour nous. Il ne s’agit plus de devenir grand et fort selon la loi. Nous pouvons tous sentir cette convoitise, ce désir de se sentir meilleur et de faire les choses mieux que les autres, et tout cela doit être mis à mort. Ceci est la mort de Christ. C’est ce désir qui habite dans notre chair, qui nous pousse à convoiter quelque chose et à vouloir être quelqu’un. Cette autoglorification et cet égoïsme. Jésus haïssait cela. C’est pour cette raison que nous l’appelons la mort de Christ, ou « la mort de Jésus », car il fut le premier à passer par là. (2 Corinthiens 4, 10)

Et après Jésus, ce fut au tour de Paul, des apôtres et des autres croyants de parvenir à la compréhension de cette mort. Ils ont compris qu’au travers de la force du Saint-Esprit, nous pouvons mettre à mort le péché dans notre corps. « Car l’amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts… » 2 Corinthiens 5, 14. Et ainsi lorsque la tentation arrive, tu peux la haïr et la mettre à mort par la force de l’Esprit.

Alors tu vivras, et la vie de Jésus se manifestera de plus en plus dans ton corps afin que sa vie puisse resplendir par ta vie. La face de Christ pourra resplendir au travers de toi. (2 Corinthiens 4, 6) Tu n’auras pas une couronne qui brillera sur ta tête, mais les vertus se manifesteront au travers de ta vie. Tu parviendras ainsi à une nouvelle vie et tu auras part à une magnifique bénédiction.

Cet article est inspiré d’un discours de Kaare J. Smith, tenu le 30 mars 2019.

.

Notre page thème à propos de la vie de disciple ainsi que les articles ci-dessous devraient probablement t’intéresser :

Télécharger gratuitement le E-book

J’ai été crucifié avec Christ

Écrit par Elias Aslaksen

Cette brochure se fonde sur les paroles de Paul en Galates 2, 20 : « J’ai été crucifié avec Christ ; ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi… » Ici, Elias Aslaksen explique ce que cela signifie et comment le lecteur peut parvenir au même témoignage que Paul dans sa propre vie.