L’Apôtre Paul : transformé deux fois

Pour Paul, le chemin de Damas n’était que le commencement.

Écrit par Kathryn Albig
L’Apôtre Paul : transformé deux fois

L’Apôtre Paul est sans aucun doute l’une des figures les plus connues de la Bible. Les lettres qu’il a écrites il y a des milliers d’années restent essentielles pour nous aujourd’hui. Elles nous donnent la vie et la compréhension, l’instruction et l’espérance. La transformation de Paul est un exemple rayonnant pour tout chrétien.

L’Apôtre Paul dit de lui-même qu’il était de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, un pharisien instruit aux pieds de Gamaliel, qui était l’un des rabbins les plus célèbres de l’histoire. Il avait les meilleures raisons du monde de croire en sa propre justice. Et dans un zèle déplacé pour Dieu, il persécutait les membres de l’église primitive qu’il prenait pour des hérétiques dangereux. Il les arrêtait et les faisait mettre en prison, et a même participé à la lapidation d’Etienne. En Actes 9, 1, il est décrit comme « respirant la menace et le meurtre » contre les disciples, car ils commettaient un soi-disant « péché » en croyant en Jésus-Christ.

On pourrait penser qu’une personne avec un raisonnement aussi fort, tellement ancrée dans un certain mode de vie, entièrement dévouée et convaincue d’une cause en particulier, serait inatteignable. Mais Dieu avait un plan différent pour Paul.

Alors que Paul* était en chemin vers Damas, dans une fervente poursuite des chrétiens, il fit une expérience incroyable. Jésus lui-même apparut devant lui comme une lumière venant du ciel, obligeant Paul à se mettre à genoux. Cette expérience personnelle de Jésus-Christ opéra une conversion à 100% en Paul. Il crut au moment même, et de persécuteur, il devint un disciple. Il est écrit qu’après cette expérience, il a tout de suite commencé à annoncer Christ ! Aucune hésitation ni aucun raisonnement humain ne pouvait le freiner, il ne se demandait pas même si ce qu’il faisait était juste. Il avait expérimenté Christ et avait maintenant un tout nouveau cap pour sa vie. Sa mission serait dorénavant de porter le nom de Jésus devant les nations (les peuples païens) ainsi que devant les rois et les fils d’Israël. (Actes 9)

Le chemin de Damas n’était que le commencement

Bien qu’il fût né de nouveau, avec un nouveau cœur, un nouvel entendement et une nouvelle vie, la conversion de Paul n’a pas transformé celui qu’il était par nature. Mais il avait maintenant rencontré Christ, et tout le désir de son cœur était d’apprendre à le connaître personnellement – Christ était devenu tout pour lui ! Il témoignait puissamment : « Car Christ est ma vie, et mourir m’est un gain ! » Philippiens 1, 21.

Cette aspiration après Jésus l’a conduit à une profonde humilité, parce qu’il a vu que tout ce qu’il possédait en tant que personne physique était inutile pour combler son aspiration. Cet homme qui avait été si fort en lui-même, si « juste », disait maintenant : « Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout ; je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ. » Philippiens 3; 7-8.

L’Apôtre Paul ne se voyait plus lui-même comme quelqu’un de grand, mais comme quelqu’un qui avait besoin d’être complètement transformé. Et c’est grâce à cette grande humilité que Dieu a pu commencer une œuvre de transformation dans son homme intérieur, pour qu’il soit rendu semblable à l’image de son Fils. (Romains 8, 29) Dieu lui a révélé le chemin de la croix – le chemin que Jésus a suivi pendant sa vie sur terre – pour qu’il puisse gagner Christ personnellement. Il dit plus loin : « Ainsi je connaîtrai Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts. » Philippiens 3, 10.

Comme depuis le début, Paul n’a pas hésité, et il n’a pas essayé de chercher un moyen d’échapper à ce qu’il devait faire. Le Nouveau Testament est rempli de l’Esprit dans lequel il vivait – l’Esprit de victoire sur le péché dans la chair, afin que la vie de Christ puisse devenir sa vie. (2 Corinthiens 4, 10)

Il en témoigne lorsqu’il dit : « Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ. Frères, je ne pense pas l’avoir saisi ; mais je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ.» Philippiens 3, 12-14.

Une révélation de Dieu

Paul a donc expérimenté deux transformations dans sa vie ! La première étant celle de sa conversion, lorsque son cœur a été transformé. Il décrivait cette transformation comme le fait de « déposer le vieil homme » et « revêtir l’homme nouveau » : c’était l’acte d’un moment, un acte de foi. Mais la seconde transformation était un processus plus long, c’était le processus de sanctification. Il a porté sa croix chaque jour pour suivre Jésus.

Dieu a pu lui donner de puissantes révélations. Son obéissance fidèle pour vivre la vie que Dieu lui avait révélée l’a conduit à une transformation compl��te. Grâce à son humilité et à son zèle, Dieu a pu utiliser les lettres que Paul écrivait comme sa propre Parole : pour instruire et révéler les mystères de la piété à des générations et des générations de disciples !

A la fin de sa vie, Paul a pu dire : « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais, la couronne de justice m’est réservée ; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. » 2 Timothée 4, 7-8. Il a reçu le prix de sa foi à savoir le salut de son âme. (1 Pierre 1, 9)

Les témoignages puissants de Paul

Et le plus merveilleux dans tout cela, c’est que le message de transformation que Paul prêchait à travers ses lettres, mais surtout par sa vie, est accessible pour toi et pour moi ! Croyons en ces exhortations de l’Apôtre Paul, vivons-les et suivons son exemple de fermeté :

« J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. » Galates 2, 20.

« Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » Romains 12, 2.

« Nous tous dont le visage découvert reflète la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, par l’Esprit du Seigneur. » 2 Corinthiens 3, 18.

Peux-tu imaginer que cet homme qui a écrit ces paroles est le même homme qui s’est rendu sur le chemin de Damas avec une attitude de « je suis un petit saint », pour persécuter les croyants, alors qu’il était complètement sur la mauvaise voie ? Personne d’entre nous ne peut se servir de son passé comme une excuse. Loué soit Dieu pour l’exemple que Paul est devenu pour nous, et pour tout ce qu’il a fait pour que nous puissions entendre l’évangile et être sauvés ! A la fin de notre vie, nous serons capables, nous aussi, de dire « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi », si nous courons comme Paul, pour tâcher de saisir ce dont Jésus-Christ s’est emparé ! (2 Timothée 4, 7 ; Philippiens 3, 12-16)

*Dans les premiers chapitres des Actes, l’Apôtre Paul est appelé Saul. Pour simplifier les choses, nous l’avons appelé Paul dans l’intégralité de cet article.

 


Notre page thème à propos de la transformation ainsi que les articles suivants devraient probablement t’intéresser :

Télécharger gratuitement le E-book

J’ai été crucifié avec Christ

Écrit par Elias Aslaksen

Cette brochure se fonde sur les paroles de Paul en Galates 2, 20 : « J’ai été crucifié avec Christ ; ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi… » Ici, Elias Aslaksen explique ce que cela signifie et comment le lecteur peut parvenir au même témoignage que Paul dans sa propre vie.