Péché et tentation : comment peut-on faire la différence ?

VIDÉO : A quel moment ma pensée est-elle une tentation, et à quel moment est-ce que j’ai péché ? Comment puis-je vaincre ?

Visionne cette réunion à thème enregistrée dans l’une de nos assemblées en Amérique du Nord, et inspires-en-toi pour supporter la tentation et vaincre comme Jésus a vaincu !

Tu souhaites en découvrir davantage ? Viens faire un tour sur notre page thème Victoire sur le péché, ou lis l’article sélectionné ci-dessous :

Comment vaincre le péché?

Transcription de l’enregistrement

Mark Kloosterman

Si on ne comprend pas quelle est la différence entre le péché et la tentation, on peut facilement être confus et se sentir condamné, lorsque ce que l’on souhaite est de parvenir à une vie de victoire. Donc le fait de bien comprendre quelle est la différence entre le péché et la tentation, c’est essentiel pour parvenir à une vie de victoire.

Alors, qu’est-ce que la tentation ? Comment sommes-nous tentés ? Pourquoi sommes-nous tentés ? Nous pouvons lire cela – Jacques en parle de manière très claire. Nous pouvons lire cela en Jacques, au chapitre 1.

“Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort. Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés.” Jacques 1, 14-16.

Il est dit ici que chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Il est facile de penser que la tentation vient de l’extérieur. “Il m’a énervé. C’est Satan qui m’a poussé à faire ça.” Mais ce n’est pas ce qui est dit dans la Parole de Dieu. Je suis tenté parce que je suis attiré et amorcé par ma propre convoitise, par cette nature avec laquelle je suis né – cette convoitise à l’intérieur de moi-même. C’est à cause de cela que je suis tenté. Et c’est pour cela qu’il y a de l’espérance, parce que je peux faire quelque chose pour y remédier. Je ne peux pas changer les autres pour qu’ils agissent d’une manière qui ne me dérange pas.  Ce serait là une vie bien difficile.

Mais étant donné que la source de la tentation vient d’au-dedans de moi-même, je peux faire quelque chose pour y remédier. Ensuite il est dit : “La convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort.” Jacques 1, 15.

Donc dans ma tentation, c’est-à-dire là où les désirs et les convoitises en moi se manifestent, cela se manifeste comme une pensée. Et là, le simple fait que tu aies cette pensée qui vient, et que cette tentation surgisse, il n’y a en fait aucun mal à cela. Jacques écrit un peu plus tôt au verset 2 que nous devons regarder comme un sujet de joie complète les diverses épreuves et tentations auxquelles nous pouvons être exposés. (Jacques 1, 2)

Si c’était quelque chose de mal d’être tenté, comment pourrions-nous regarder cela comme un sujet de joie complète ? Mais nous pouvons regarder cela comme un sujet de joie complète, parce qu’avec la tentation, nous avons la possibilité d’avoir la victoire sur le péché qui est en nous. Nous pouvons y résister, afin de parvenir à une vie heureuse où nous ne sommes pas contrôlés par ces désirs et convoitises qui habitent en nous.

C’est lorsque le péché a conçu, et cela nécessite l’accord de mon entendement, lorsque je cède à la tentation, que je suis d’accord avec la tentation, que la convoitise enfante alors le péché. Mais si je ne suis pas d’accord, si cette convoitise ne conçoit jamais,alors je ne pèche pas, le péché n’est pas enfanté. Alors la conséquence de cela, du péché qui est consommé et qui produit la mort, ne sera jamais le fruit de notre vie. Au contraire, nous pouvons parvenir à de bons fruits, au lieu d’être menés à la mort.

Alors que pouvons-nous faire au moment de la tentation ? Comment pouvons-nous faire partie de ces vainqueurs, ces vainqueurs qui ne permettent jamais à la convoitise de concevoir ? Qui disent toujours non lorsque cette proposition survient ? Nous pouvons lire cela en Hébreux 4, de magnifiques paroles ont été écrites dans ce chapitre.

Hébreux 4, 15 :

“Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses.” On voit ici une double négation, on pourrait donc également le lire de cette manière : “Nous avons un souverain sacrificateur qui peut compatir à nos faiblesses, qui a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché.” Nous avons un souverain sacrificateur, Jésus-Christ, et il peut compatir à nos faiblesses.

Quelle est notre faiblesse ? Quelle est notre faiblesse en tant qu’êtres humains ? Est-ce que c’est le fait que nous tombions si facilement dans le péché ? Est-ce cela à quoi Jésus peut compatir ?

Non, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Ce n’est pas cela à quoi il compatit, au fait que nous tombions si facilement. Ce à quoi il peut compatir, c’est que nous soyons si rapidement tentés. Il suffit juste que quelqu’un me regarde de travers, me parle sur un ton qui me déplaît, et ce désir est réveillé au-dedans de moi.

Il peut compatir à cela. Pourquoi peut-il compatir à cela ? Parce qu’il sait ce que cela signifie d’être tenté. Il avait une nature comme la nôtre, et il a été tenté en toutes choses comme nous. Comment sommes-nous tentés ? Je suis tenté de l’intérieur. Il en était de même pour Jésus. Il a été tenté en toutes choses.

Est-ce que je peux être tenté à quelque chose à quoi Jésus n’a pas été tenté ? Il est dit qu’il a été tenté en toutes choses, sans commettre de péché. C’est cela qui fait la grandeur de notre souverain sacrificateur, le fait qu’il a traversé tout cela à cause de nous. Il a été tenté en toutes choses, comme nous, sans commettre de péché.

Cela éveille de l’espérance dans nos cœurs aujourd’hui. Il est venu pour nous laisser un exemple. Il est venu pour laisser des traces dans lesquelles nous pouvons suivre pour devenir semblables à lui. Nous pouvons être tentés en toutes choses, et nous en faisons aussi l’expérience, mais comme lui : sans commettre de péché. Voici le message que Jésus a apporté. Et le verset suivant est tellement rempli d’espérance, au verset 16 :

“Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.” Hébreux 4, 16.

Parce que nous savons que nous avons un souverain sacrificateur, un sauveur, qui nous aime, qui connaît les situations que nous traversons, qui peut compatir avec nous, nous pouvons nous approcher du trône de la grâce avec assurance au milieu de nos tentations.

Nous pouvons nous approcher de lui dans la prière, nous pouvons lui demander de l’aide et nous savons qu’il compatit avec nous, il connaît les circonstances que nous traversons pour que nous puissions vaincre, nous aussi. Voilà le souverain sacrificateur que nous avons afin de pouvoir trouver de l’aide dans nos besoins.

Et quand sommes-nous dans le besoin ? Est-ce que c’est lorsque nous sommes tombés ? Il est déjà trop tard à ce moment-là. Nous sommes dans le besoin justement au moment de la tentation. Nous pouvons nous approcher du trône de la grâce et y recevoir de l’aide. Voici ce qu’est la grâce. C’est l’aide. C’est la force. C’est la puissance. C’est cet entendement résolu, cette décision que je prends, que comme Jésus, je préfère mourir que pécher. Nous nous armons d’avance avec cet entendement qu’avait Jésus. Cela devient une arme redoutable contre le péché.

Là où auparavant nous étions faibles, et où nous faisions l’expérience que “Dans cette situation, j’échoue systématiquement, je n’y arrive pas, je suis trop faible.”, oui, nous sommes ainsi en tant qu’être humains. Nous sommes faibles. Nous ne pouvons pas résister au péché. Par mes propres forces, je ne peux rien faire. Mais l’intention de Dieu est-elle que nous demeurions dans notre propre force ? Il est écrit ici au sujet du trône de la grâce auprès duquel je peux trouver de l’aide afin que je ne dépende plus de ma propre force.

Je peux recevoir une aide que je n’avais pas auparavant de sorte que mon expérience d’être tombé, retombé, et de nouveau retombé ne détermine pas mes expériences à venir, parce que quelque chose a changé maintenant. J’ai reçu de l’aide. J’ai un souverain sacrificateur qui prie pour moi et qui me donne de la grâce et de la force pour que je puisse résister au moment de la tentation, pour que je puisse dire non. Au moment où je dois prendre une décision, je reçois le pouvoir et la force de dire non.

Au lieu de laisser ma convoitise concevoir et enfanter quelque chose d’horrible, quelque chose de bon est conçu, quelque chose de bon s’installe dans mon entendement et dans mon cœur et cela enfante quelque chose de très bon : les fruits de l’Esprit. L’amour, la joie, la paix – toutes ces choses avec lesquelles nous ne sommes pas nés, toutes ces choses qui sont les promesses de Dieu pour nous et auxquelles nous pouvons avoir part.

Je loue et remercie Dieu de ce que nous pouvons utiliser la grâce qui est sur nous, nous qui sommes plus jeunes. Nous pouvons être des vainqueurs, nous n’avons pas besoin d’être esclaves de notre nature. Il peut être facile de penser que “Je suis le seul pour qui c’est aussi difficile, Je suis tenté à cette horrible chose-ci, et à cette horrible chose-là. Il doit y avoir quelque chose qui cloche avec moi.” Mais Jésus a été tenté en toutes ces choses, lui aussi et il a vaincu, il a frayé un chemin à travers toutes ces choses.

Je souhaite lire un dernier verset qui confirme cela. Nous pouvons lire le verset en 1 Corinthiens 10, 13. “Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine ; et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter.” 

Il n’existe aucune tentation qui survient, que tu dois affronter, et qui n’est pas humaine. Nous avons tous la même nature. Il y a une chair dans tout homme. Le chemin que Jésus a frayé passe au travers de ces choses, et nous avons ainsi tous la même possibilité de les vaincre. Dieu dispose nos situations de manière à ce qu’il n’y ait rien que nous ne puissions supporter lorsque nous sommes humbles.

Avec la tentation il prépare aussi le moyen d’en sortir pour que nous puissions vaincre, pour que nous puissions la supporter. Quel est le moyen d’en sortir ? C’est en nous approchant du trône de la grâce, en nous approchant de notre souverain sacrificateur, et en lui demandant de l’aide et la force pour ne pas céder. Alors nous trouvons le moyen d’en sortir, à chaque fois. C’est là notre vocation. Je loue et remercie Dieu pour la vie de victoire à laquelle il nous a appelés.

Chant (Alyssa)

C’est encore le temps de lutter, prier,
C’est encore le temps de se préparer !
La Parole du Seigneur
A fait brûler notre cœur
Fidèlement nous voulons la pratiquer.

Quelle occasion, quand dans les tentations,
Je reste décidé et renonce au péché !
Dans cet Esprit, je vaincs mes ennemis,
C’est la volonté de Dieu, et il me fortifie.

Entendre la Parole, c’est glorieux,
Obéir par la foi, c’est encore mieux !
Dieu me baptise de feu,
Me montre comment je peux
Être affranchi de moi-même peu à peu.

Quelle occasion, quand dans les tentations,
Je reste décidé et renonce au péché !
Dans cet Esprit, je vaincs mes ennemis,
C’est la volonté de Dieu, et il me fortifie.

Malgré ma faiblesse je suis un héros,
Pour vaincre, je détiens la force d’en haut !
Oubliant tout le passé,
Grâce à Dieu je peux entrer
Dans le pays promis et m’en emparer.

Quelle occasion, quand dans les tentations,
Je reste décidé et renonce au péché !
Dans cet Esprit, je vaincs mes ennemis,
C’est la volonté de Dieu, et il me fortifie.

Du recueil de cantiques Les Voies du Seigneur #460
Texte : Jan-Hein Staal
Mélodie : Jan Willem Boer

Sam Petkau

Je suis si heureux de pouvoir entendre ces choses. Pense de pouvoir être assis ici et d’entendre la Parole de Dieu et de la recevoir dans ton cœur comme la Parole de Dieu. Il est facile pour un être humain de dire : “Je crois en la Bible.” Mais la question que nous devrions nous poser est “Est-ce que je crois ce que la Bible dit, ou est-ce que je crois ce que je pense à propos de la Bible ?”

Lorsqu’il est dit, comme nous venons de l’entendre, que la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché, pense à cela. La convoitise, lorsqu’elle a conçu – c’est justement là que je peux faire quelque chose.

Lorsque nous pensons à Adam et Eve, lorsque le serpent s’est approché de Eve et lui a demandé “Dieu a-t-il réellement dit… ?” Elle a alors cité en retour “Oui, Dieu a dit…”

Si elle s’était attachée à cela même si ce qu’elle voyait pouvait sembler bon, cela pouvait être intéressant, cela aurait pu être quelque chose de bien pour moi. Mais le Seigneur a dit ! Si elle avait retenu cette parole,alors le péché n’aurait pas conçu bien qu’elle ait été tentée. Et c’est pourquoi Pierre écrit que la Parole du Seigneur demeure éternellement. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. Pense à la puissance de Dieu qui se trouve dans sa Parole.

Eve ne pouvait pas choisir les deux, n’est-ce pas ? Elle ne pouvait pas choisir les deux. Elle ne pouvait pas dire, “Bon d’accord, je vais manger et m’attacher à la Parole de Dieu.” Il fallait qu’elle sacrifie une des deux possibilités. Une des deux possibilités devait être mise de côté. C’est justement à ce moment-là qu’elle a mis de côté l’une des deux. C’est conscient. C’est quelque chose de conscient.

Les situations de la vie font remonter à la surface la conscience de quelque chose en moi, quelque chose d’égoïste.Mais là, j’ai la possibilité de dire : “Mais je ne souhaite pas vivre ainsi. Je veux m’attacher à la Parole de Dieu, et c’est pour cela que je peux vaincre.” C’est pourquoi il est dit dans l’Apocalypse : “Celui qui vaincra,” dit Jésus, “comme moi j’ai vaincu.” Comment a-t-il vaincu ? Pense à cela. Pense à ce que la Parole de Dieu dit, ne prête pas l’oreille à tes sentiments. Pense à la Parole de Dieu. Celui qui vaincra, comme moi j’ai vaincu.

Comment a-t-il vaincu ? Lis le récit de ses tentations. Comment a-t-il vaincu ? Il a dit : “Il est écrit !” et ensuite il est resté ferme sur ses positions. Dieu a dit de ne pas le faire, donc je ne le ferai pas. Et le péché n’a pas été conçu en lui, jamais. Il n’a cédé dans aucune circonstance, et il est notre précurseur. Maintenant, nous pouvons le suivre. Nous pouvons prendre la Parole de Dieu, comme il est écrit dans le Psaume 119 :

“Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier ? En se dirigeant d’après ta parole. Je te cherche de tout mon cœur : Ne me laisse pas égarer loin de tes commandements !”

“Ne me laisse jamais repousser ta parole et céder à la tentation.” La tentation, aucun problème. Le péché n’est pas venu à cause de la tentation. Le péché est entré dans le monde à cause de la désobéissance.

C’est là la possibilité que nous avons dans la vie. “Aide-moi !” Il est écrit dans l’épître aux Hébreux à propos de Jésus qu’il a présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort. La mort du péché. Et il a été exaucé à cause de sa piété.

“Non, je veux garder ta parole. Je sais que tout le reste va passer.” Tu n’as pas besoin d’être une sorte de scientifique pour savoir que toute chose périt. Regarde autour de toi ! Les choses se détériorent, elles périssent, elles vieillissent. Les choses passent, mais la parole du Seigneur demeure éternellement. Pourquoi donc est-ce que je ne choisirais pas plutôt de m’attacher à quelque chose qui demeurera éternellement et de repousser ce qui est éphémère ?

Puis il est dit dans le Psaume 119 au verset 11, “Je serre ta parole dans mon cœur, afin de ne pas pécher contre toi.” Nous ne pouvons pas éviter les tentations. Mais nous pouvons éviter cela : “Afin de ne pas pécher contre toi.” Et je souhaite nous fortifier, nous tous ici présents : serrons la Parole de Dieu dans nos cœurs. Aimons les commandements. Aimons la Parole de Dieu à tel point que lorsque nos convoitises se manifestent, nous avons une arme avec laquelle nous pouvons combattre.

Arme-toi de toute l’armure de Dieu. Tiens-toi prêt, tu vas être tenté. Il n’y a aucun doute. Et par la Parole de Dieu et la puissance qu’il nous a donnée par son Saint-Esprit, ces tentations, ces désirs qui se manifestent dans la tentation ne concevront jamais en nous. Nous pouvons rester debout avec Jésus, après avoir vaincu comme lui-même a vaincu. Quelle vie ! Quelle vie !

Pense à quel point c’est intéressant. C’est juste un désir. C’est juste un désir que je ressens. Mais pense un peu plus loin. Le désir, la jalousie par exemple, lorsque quelqu’un d’autre reçoit de l’honneur, regarde le sentier de la jalouse, et vois à quel point il est ravagé. Les gens qui ont cédé à la jalousie, les gens qui ont cédé à l’impureté. Regarde ce sentier et vois tous les ravages que cela a provoqué. Tu es appelé aujourd’hui et tu as la possibilité précisément dans la tentation de t’élever au-dessus de tout ce mal et de vaincre au nom de Jésus-Christ, qui est notre précurseur.

Et un jour nous serons ensemble avec lui, après avoir vaincu. Quelle vie ! Quel but magnifique pour notre vie ici sur terre. Que Dieu nous fortifie sur ce chemin.

Mark Kloosterman

Oui, c’était vraiment bon à entendre. Et comme nous l’avons entendu, nous ne pouvons pas éviter d’être tentés. Martin Luther a dit une fois que tu ne peux pas empêcher un oiseau de voler au-dessus de ta tête, mais tu peux l’empêcher d’y installer son nid. Et il en va exactement de même avec les tentations. Nous ne pouvons pas éviter d’être tentés. Nous ne pouvons pas empêcher le fait qu’une pensée traverse notre esprit. Cela peut sembler infâme, parce que nous sommes tentés à des choses qui sont mauvaises. On peut avoir l’impression d’être contaminé. Mais est-ce que je suis d’accord avec ces choses ? Ai-je dit oui ?

Toute tentation représente un choix face auquel j’ai la possibilité de dire oui ou non. Et si je n’ai pas choisi de dire oui, alors je ne suis pas tombé. Il faut que nous combattions le bon combat de la foi et que nous ne vivions pas suivant nos sentiments afin qu’à chaque fois que nous sommes suis tentés, lorsque nous avons le choix d’être d’accord avec la Parole de Dieu ou avec nos désirs, nous puissions dire non. Nous n’avons jamais besoin de pécher. Voilà notre évangile, et c’est là la bonne nouvelle que Jésus nous a apportée.

Chant (Trevor, Patrick and Eric)

Connais-tu le chemin que Jésus a ouvert ?
Vois-tu la grâce qui t’est donnée ?
Il est venu sur terre, a revêtu la chair,
Il a lutté et beaucoup prié.

Au travers de sa chair la voie il a frayée,
Tout péché y fut condamné.
Sur la croix il s’écria : “Tout est accompli !”
Il ouvrit une voie bénie.

Avec larmes et cris, son Dieu il a prié,
Il a combattu avec ferveur.
Pour ne pas céder à sa propre volonté
Son sang s’est mêlé à sa sueur.

Au travers de sa chair la voie il a frayée,
Tout péché y fut condamné.
Sur la croix il s’écria : “Tout est accompli !”
Il ouvrit une voie bénie.

Veux-tu suivre Jésus, perdre ta propre vie,
Et marcher sur le chemin vivant ?
Fais comme le Seigneur, bénis tes ennemis.
Suis donc ses traces fidèlement !

Au travers de sa chair la voie il a frayée,
Tout péché y fut condamné.
Sur la croix il s’écria : “Tout est accompli !”
Il ouvrit une voie bénie.

Du recueil de cantiques Les Voies du Seigneur #314
Texte : Edvin Andersen
 

Témoignages

Daniel : Ce qui m’a parlé, c’est ce qu’ils ont dit à propos de toujours avoir une parole de Dieu dans les tentations. Lorsque Jésus était dans le désert et qu’il a été tenté, il a alors répondu en disant : “Il est écrit.” C’est quelque chose qui m’a vraiment parlé, et c’est quelque chose que je peux utiliser dans mes combats.

Mikayla : Je trouve que c’était spécialement bon pour moi d’en apprendre plus à propos de la différence entre la tentation et le péché. Parce que je peux facilement penser : “Oh non, je suis tentée à cela, comment est-ce que j’ai pu laisser une telle chose entrer dans mon esprit ?” Mais c’était particulièrement bon pour moi de réaliser que même si cette chose est bel et bien là, j’ai le choix de lui dire “non”, et cela m’a beaucoup aidée.

David : Pour ma part, je trouve que c’est vraiment motivant de savoir que j’ai le choix, et que la tentation n’est pas du péché. Ce n’est pas le point final, je n’ai pas péché, mais j’ai un choix à faire à ce moment-là. Je peux choisir de ne pas être d’accord avec cette tentation. C’est toujours incroyable pour moi d’entendre ce que Jacques dit là où il écrit de regarder comme un sujet de joie complète les diverses épreuves et tentations auxquelles nous pouvons être exposés. Je sens pour moi-même que j’ai encore beaucoup de chemin à faire avant de pouvoir regarder tout cela comme un “sujet de joie complète”, mais je peux y parvenir. Il est écrit que je peux être parfait et accompli, sans faillir en rien. C’est un but réaliste que j’ai pour moi-même, que je peux devenir parfait et accompli, sans faillir en rien. J’ai une foi totale en la Bible et en la Parole de Dieu, que Jésus va me fortifier dans mes combats ici-bas, et que je peux être fidèle dans mes tentations.

Rachel : Il y a une chose qu’on a entendue et que j’ai trouvée vraiment géniale, c’est que quand on arrive dans une tentation, on a le choix entre le péché d’un côté, et la Parole de Dieu de l’autre côté. Et c’est en fait là que c’est vraiment décisif. Selon ce que tu choisis, tu choisis ce que tu veux garder avec toi. C’est un choix que tu fais personnellement et c’est une décision consciente. Je trouve que c’était vraiment bon à entendre, et c’est important d’y penser, en fait. Je dois vraiment comprendre cela : j’ai le choix, chaque jour, et il faut que je fasse ce choix.