Le plan de Dieu pour nous délivrer de l’orgueil et de l’arrogance

Il y a chez nous énormément d’orgueil dont nous ne nous rendons même pas compte. Mais Dieu veut nous en affranchir !

Écrit par Kaare J. Smith
Le plan de Dieu pour nous délivrer de l’orgueil et de l’arrogance

Pour les trois amis de Job, la seule chose qui pouvait expliquer ses épreuves, c’était qu’il y avait du péché ou de mauvaises actions dans sa vie. C’est pour cela qu’ils cherchaient à convaincre Job de ses péchés. Job a continué à prétendre qu’il était irréprochable. Elihu avait une meilleure compréhension des choses et il a exhorté Job à l’écouter : « Dieu parle cependant, tantôt d’une manière, tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde. Il parle par des songes, par des visions nocturnes, quand les hommes sont livrés à un profond sommeil, quand ils sont endormis sur leur couche. Alors il leur donne des avertissements et met le sceau à ses instructions, afin de détourner l’homme du mal et de le préserver de l’orgueil. » Job 33, 14-17.

Il y a chez l’homme énormément d’orgueil dont il ne se rend pas compte lui-même. Dieu veut avoir communion avec nous, mais il remarque la force de l’homme, comme nous la remarquons aussi au cours de notre croissance. Si nous voulons parvenir à une communion intime avec Dieu, il faut que nous devenions humbles et doux de cœur. C’est uniquement à ces personnes-là que Dieu peut parler.

Dieu comprend ton orgueil et ton arrogance

« Dieu n’a pas besoin d’observer longtemps, pour qu’un homme entre en jugement avec lui. » Job 34, 23. Quand Dieu a affaire à toi, il sait très bien à quoi s’en tenir – il connaît ton orgueil. Il t’envoie donc des circonstances et te traite de manière à exterminer cet orgueil.

« Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. » 1 Jean. 1, 7-8.

En marchant dans la lumière, je vois le péché qui habite en moi, dans ma nature humaine. Il y a énormément d’orgueil qui se cache derrière un aspect extérieur pieux. Tu remarqueras cela le jour où tu seras compté parmi les transgresseurs. Qu’est-ce qu’on défend dans ce genre de situation ? C’est l’orgueil, bien sûr. Laisse-toi plutôt purifier par le feu !

Un développement continuel

On peut avoir une bonne conscience – on ne pèche pas – mais cela ne signifie pas que le corps du péché ait été ôté. Cela signifie que je marche dans la lumière que j’ai, mais lorsque je marche dans la lumière, je vois du péché dans des profondeurs que je ne voyais pas auparavant. Si l’on n’est pas dans cette course, la vie et le développement s’arrêtent. On fait alors partie des « grands seigneurs pieux » qui ne peuvent pas édifier l’Assemblée à cause de leur propre grandeur.

« Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d’une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. » 1 Pierre 4, 12. La fournaise vient pour que je voie l’orgueil – que je voie la raison pour laquelle je suis tenté. Je vois que j’ai du péché. Cette doctrine fait que je peux me réjouir dans la tentation, car je sais que Dieu m’aime et qu’il veut me montrer plus de l’orgueil qui est entré dans le monde par la chute originelle. C’est le traitement de Dieu pour que nous ne soyons pas comme des dromadaires à la course légère et vagabonde.

« Comment dirais-tu : Je ne me suis point souillée, Je ne suis point allée après les Baals ? Regarde tes pas dans la vallée, reconnais ce que tu as fait, dromadaire à la course légère et vagabonde ! » Jérémie 2, 23

Dieu élève les humbles

Nous passons tous par des circonstances qui nous humilient. Job n’a pas compris sa situation avant qu’Elihu parle et avant que Dieu lui-même s’adresse à lui dans la tempête. Dieu peut élever ceux qui s’abaissent – nous n’avons aucun souci à nous faire à ce sujet. « Pendant ses dernières années, Job reçut de l’Éternel plus de bénédictions qu’il n’en avait reçu dans les premières. Il posséda quatorze mille brebis, six mille chameaux, mille paires de bœufs, et mille ânesses. Il eut sept fils et trois filles. » Job 42, 12-13.

Bon courage dans l’abaissement, bon courage quand la fournaise arrive ! Pour que la gloire soit plus grande, il faut aussi que la fournaise et la purification soient plus grandes. Nous pouvons alors être en aide et en bénédiction pour d’autres. Quand nous entendons la parole de Dieu, il faut que nous plongions les regards dans la loi parfaite de la liberté, de sorte que nous soyons heureux dans notre activité. Si nous ne faisons pas cela, l’Évangile qui est annoncé nous paraît lourd. Ceux qui ne plongent pas les yeux dans la loi parfaite de la liberté trouvent que ce qu’ils ont à porter est bien suffisant et ils n’ont pas envie de continuer à écouter. Ils ne plongent pas les regards dans la parole de Dieu et ne voient pas que la Parole est le chemin parfait pour parvenir à la liberté.

 

Cet article a été traduit du norvégien et fut publié pour la première fois comme un chapitre intitulé « L’orgueil » dans le livre « Berger et Prophète », publié par les Editions Trésors Cachés en 2004.
© Copyright Stiftelsen Skjulte Skatters Forlag

 

Notre page thème à propos de l’orgueil ainsi que les articles suivants devraient t’intéresser : 

Télécharger gratuitement le E-book

Un si grand salut

Écrit par Sigurd Bratlie

A la fin de l’épître aux Hébreux, l’apôtre qualifie son épître de « paroles d’exhortation ». L’objectif de cette brochure est de s’attarder sur cette exhortation et de la développer pour apporter la foi et le salut à tous ceux qui ont une vocation céleste. Tous ceux qui suivent l’exhortation contenue dans l’épître aux Hébreux peuvent parvenir à ce si grand salut.