La vérité au sujet de Romains 7 – faire ce que je ne veux pas

Les versets 14 à 25 en Romains 7 ne décrivent pas un non croyant ou encore un croyant qui vit selon la chair. Ils décrivent un disciple qui a la victoire.

Écrit par ChristianismeActif
La vérité au sujet de Romains 7 – faire ce que je ne veux pas

Il est écrit en Romains 7, 15 : « Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. »

Ce que Paul dit ici peut sembler un peu étrange : pourquoi ferait-on quelque chose qu’on ne sait pas ? Mais Paul ne parle pas ici de commettre délibérément le péché (de céder consciemment aux désirs de la chair). Car lorsque tu commets volontairement le péché, tu es parfaitement conscient de ce que tu fais.

Romains 7, 23 – « Une autre loi dans mes membres »

Paul vivait une vie crucifiée. Il n’était pas esclave de la loi du péché avec son entendement. (Romains 7, 25) Dans la mesure où il avait la lumière*, il prenait plaisir à la loi de Dieu, dans son homme intérieur. (Romains 7, 22) Cela signifie qu’il se réjouissait dans l’amour, dans la bonté et dans la miséricorde : c’était là son état d’esprit. Dès lors qu’il recevait de la lumière dans un domaine, il crucifiait le péché dans son corps. Il n’y avait aucune place pour ces désirs pécheurs dans son esprit car il servait Dieu.

Cependant, il y avait beaucoup de domaines dans lesquels Paul n’avait pas encore reçu la lumière. Il était alors captif de la loi du péché, ce qui le menait à faire ce qu’il haïssait. « Mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. » Romains 7, 23.

Une personne qui commet volontairement le péché ne fait pas ce qu’elle hait, car son esprit approuve ses actions. Lorsque la convoitise est conçue, elle enfante le péché. La conception a lieu lorsqu’on cède à la convoitise dans notre esprit, c’est là que naît le péché. (Jacques 1, 14-15) Une telle personne sert la loi du péché avec son entendement.

Paul ne fait pas allusion à ce genre de péché en Romains 7. Il servait la loi de Dieu avec son entendement, mais en même temps, le péché qui était encore présent dans sa chair se manifestait à son insu : il était esclave de la loi du péché par sa chair. Ces réactions de la chair pouvaient se manifester sous forme de pensées ou de sentiments qu’il devait combattre (tentation), ou encore sous forme de paroles ou actions concrètes qui, selon sa conscience, n’étaient même pas perçues comme une tentation. Ce n’est que plus tard qu’il a reçu la lumière sur ces choses et qu’il a réalisé qu’elles n’étaient pas en accord avec la volonté de Dieu, et c’est pourquoi il haïssait ces choses (les actions du corps).

La loi est spirituelle, mais Paul avait compris qu’il était charnel, vendu au péché. Il servait Dieu avec son esprit, mais il voyait aussi que rien de bon n’habitait dans sa chair. (Romains 7, 18) Ainsi, il n’avait pas d’autre choix que de servir la loi du péché dans sa chair. Son entendement (qui servait Dieu) était contre sa chair (qui était esclave du péché), et cela créait un conflit dans son corps (Romains 7, 23).

« Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi. » Romains 7, 17. Ce n’était pas Paul (son esprit conscient) qui faisait les choses quil haïssait, mais le péché qui habitait en lui (sa chair). (Romains 7, 17) Il ne le voyait pas, il n’avait pas reçu la lumière sur ces choses. Cest pourquoi il dit : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ? » Romains 7, 24.

Lis en davantage sur la différence entre le fait d’avoir et de commettre du péché.

L’entendement d’un disciple

Paul répond lui-même à sa question : « Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur ! » Romains 7, 25. Avant que Jésus ne nous laisse un exemple à suivre en vainquant le péché, il était impossible pour les hommes de vaincre entièrement tout le péché dans la chair. Mais Jésus nous a désormais donné le Saint-Esprit qui peut nous montrer la voie au travers de la chair.

Comme Paul, lorsque nous nous repentons et que nous commençons à servir Dieu, nous avons un nouvel entendement, et ce n’est plus nous qui sommes esclaves du péché. Nous ne faisons pas volontairement ce qui se manifeste de notre chair.

Lorsque nous sommes en Jésus-Christ et que nous servons la loi de Dieu avec notre entendement, il n’y a pas de condamnation si nous faisons ce que nous haïssons. (Romains 8, 1) Nous ne sommes pas condamnés pour être tentés (avoir des pensées ou des sentiments qui nous poussent au péché), ni pour les actions que nous avons commises sans en avoir conscience, ces actions que nous n’avons pas choisi de faire.

Cependant, il est écrit que nous devons faire mourir ces « actions du corps » par l’Esprit, et ainsi nous vivrons (Romains 8 13). Il s’agit ici d’être un serviteur de l’Esprit. L’Esprit veut nous montrer notre péché, il veut nous guider à toute la vérité et nous donner la force nécessaire pour vaincre. Si nous sommes fidèles et obéissants aux injonctions de l’Esprit, nous verrons de plus en plus le péché dans notre nature humaine et nous pourrons le vaincre petit à petit.

Nous nous appliquons à servir Dieu et à être parfaits dans la mesure où nous avons reçu de la lumière, et nous ne pouvons pas faire plus que cela. Mais nous devons marcher selon l’Esprit, ce qui signifie que nous devons agir selon la lumière que nous recevons. Ainsi nous verrons de plus en plus ce qui habite dans cette chair et dans ce corps du péché qui doit être détruit petit à petit. Nous devons nous regarder nous-mêmes comme morts au péché (Romains 6, 11) afin que lorsque la lumière de Dieu nous révèle plus de notre chair, le péché soit crucifié. Alors nous sommes des disciples de Jésus, nous renonçons à nous mêmes et nous nous chargeons chaque jour de notre croix. (Luc 9, 23-24)

C’est un chemin glorieux sur lequel nous pouvons marcher ! Nous ne devons pas être abattus lorsque Dieu nous donne plus de lumière et que nous voyons notre péché dans cette lumière. Mais nous devons nous réjouir et être heureux car nous avons la possibilité de travailler avec cette lumière ! Aujourd’hui nous pouvons mettre à mort les actions du corps par l’Esprit. (Romains 8, 13 ; Jacques 1, 2-3) L’Esprit ne va pas le faire pour nous, c’est à nous de le faire par l’Esprit. Ainsi nous entrerons dans la sanctification : nous sommes de plus en plus affranchis à mesure que le corps du péché est détruit et remplacé par une nouvelle création, c’est-à-dire les vertus, la vie de Christ, la nature divine ! (Romains 6, 5-6 ; 2 Corinthiens 4, 10-11 ; 2 Corinthiens 5, 17 ; 2 Pierre 1, 3-8)

*Recevoir de la lumière signifie que le Saint-Esprit te révèle quelque chose. Tu peux par exemple recevoir de la lumière sur ton propre péché et voir que tu es égoïste, fier, etc. Cela peut aussi faire référence au fait de mieux comprendre la Parole de Dieu (révélation). (Psaumes 119, 130)

 

Cet article a été inspiré d’un discours tenu par Kaare J. Smith le 27 février 2018.

Notre page à propos du péché et de la victoire sur le péché, dans la rubrique des fondamentaux, ainsi que l’article ci-dessous devraient probablement t’intéresser : 

Télécharger gratuitement le E-book

L’Evangile de Dieu

Écrit par Sigurd Bratlie

La grâce signifie que tous nos péchés nous sont pardonnés lorsque nous les confessons. Mais cela signifie aussi que nous recevons la force pour obéir à la vérité avec laquelle Jésus est venu. Dans ce livre, Sigurd Bratlie développe ce sujet en nous dévoilant le vrai Evangile de Dieu, qui est l’obéissance de la foi.