Est-il impossible de se fixer comme objectif d’avoir un esprit doux et paisible ?

Comment peut-on avoir à la fois une personnalité bruyante et un esprit doux et paisible ?

Est-il impossible de se fixer comme objectif d’avoir un esprit doux et paisible ?

« …mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu. » 1 Pierre 3, 4.

Je lis ces mots et je suis tentée de me décourager. Je sais sans l’ombre d’un doute que je ne suis pas une personne douce et paisible. J’ai une voix forte, un rire perçant et une tendance à chanter à gorge déployée. Tout ce que je fais attire l’attention tout de suite. Je ne suis pas une personne discrète qui passe inaperçue.

Ce n’est pas intentionnel. C’est la personnalité avec laquelle je suis née. Je ne dis pas que je suis fière d’être ainsi ; au contraire, je me sens souvent très gênée lorsque je réalise qu’une fois de plus, je ris plus fort que tous les autres qui sont dans la même pièce. En réalité, je souhaite souvent ne pas attirer l’attention de cette manière.

Que suis-je donc censée faire sachant qu’il est écrit que je dois avoir un esprit doux et paisible ? Cela signifie-t-il que je ne suis pas précieuse aux yeux de Dieu parce que je suis une personne bruyante et impulsive ? Faut-il que j’essaye de changer de  personnalité ? Et les autres préféreraient-ils aussi que je sois moins … moi-même ?

Dieu n’a pas fait d’erreurs en me créant

Je ne crois pas que Dieu ait fait des erreurs en me créant. Il m’a créée telle que je suis et il m’a donné cette personnalité avec un but précis. Où est donc le problème ?

Mais je remarque maintenant qu’il n’est pas écrit « une personnalité douce et paisible » mais « un esprit doux et paisible. » Cet esprit doux est paisible est nécessairement mon être intérieur ; c’est ma relation avec Dieu. Si, dans mon esprit, je suis paisible et toujours à l’écoute de ce que Dieu veut me dire, il me fait voir les situations où je ne me comporte pas de la bonne manière, où le péché souille mes actions.

Le péché est ce qui souille tout. Lorsque j’agis sous l’influence du péché, je déplais à Dieu. Si je parle fort et que je cause du chahut et que cela rend la vie difficile à ceux qui m’entourent, je suis égoïste et irréfléchie, alors que je pourrais au contraire bénir et rendre la vie agréable pour les autres. Dieu me montre quand je cherche à attirer l’attention ou que j’essaye d’avoir le dernier mot, lorsque je suis désagréable, irrespectueuse, orgueilleuse, inconsidérée, butée, égoïste etc.

Je dois toujours juger mes actions et réfléchir pourquoi et comment je les fais. Je dois faire attention à ne pas me comporter de manière inconsidérée, en pensant seulement à mon propre intérêt et sans penser à la manière dont mes actions peuvent affecter ceux qui m’entourent. Mes actions doivent être guidées par l’amour. Je crée alors de la vie et de la paix sur mon chemin, que je sois bruyante ou réservée par nature.

« … l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix », Romains 8, 6.

Dieu peut utiliser ma personnalité pour bénir !

Je ne suis pas obligée de rester indéfiniment égoïste et inconsidérée ! Ces choses peuvent être éradiquées si j’utilise le pouvoir que Dieu me donne afin d’avoir la victoire sur ces tendances. Je peux devenir attentionnée, pleine d’égards et attentive aux intérêts des autres, et cela se reflète dans ce que je fais. Ma personnalité est alors purifiée, sans que cela change la façon dont Dieu m’a créée. Lorsque j’écoute ce que Dieu veut me dire, j’apprends alors ce qui est bon et ce qui mauvais, et je sens quand et où je dois être hardie et avoir un comportement affirmé, ou quand quand il convient que je me taise.

Ce qui est précieux aux yeux de Dieu, c’est mon désir d’entendre sa voix et de le rechercher dans mon esprit, en restant toujours attentive à ce qu’il veut me faire comprendre dans chaque situation, afin que je puisse faire sa volonté et non ma propre volonté. C’est cette douceur et cette tranquillité d’esprit qu’il recherche. Et il est vrai que parfois une quantité d’activités m’empêchent de l’entendre. Je dois alors veiller à ce que rien ne couvre sa voix. (1 Thessaloniciens 5, 19)

Mais il n’y a rien de mal dans le fait d’avoir un caractère affirmé, aussi longtemps que je suis vigilante vis-à-vis du péché dans tout ce que je fais. Lorsque j’écoute ce que Dieu dit dans mon cœur, il peut guider tous mes pas et il peut m’utiliser pour toutes les œuvres qu’il a préparées pour moi. Il peut m’utiliser comme il m’a créée, pour accomplir sa volonté sur la terre. (Ephésiens 2, 10)

Il n’est pas impossible d’avoir un esprit doux et paisible. Au contraire, c’est extrêmement encourageant de savoir que je peux recevoir cet esprit, quelle que soit ma personnalité. De cette manière, Dieu peut également guider ma vie parfaitement. Il peut me montrer le chemin afin que je devienne complètement libre du péché et de mon propre égoïsme. Je reste moi-même, mais ma personne est purifiée, et je suis telle que Dieu voulait que je sois.

Télécharger gratuitement le E-book

J’ai été crucifié avec Christ

Cette brochure se fonde sur les paroles de Paul en Galates 2, 20 : « J’ai été crucifié avec Christ ; ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi… » Ici, Elias Aslaksen explique ce que cela signifie et comment le lecteur peut parvenir au même témoignage que Paul dans sa propre vie.