Passer directement au contenu

Qui est un disciple ?

Des millions de personnes adorent Jésus comme leur Seigneur. Mais être un disciple, qu’est-ce que cela signifie en réalité ?

A l’origine, le terme « disciple » désignait un élève (l’élève d’un maître) ou un apprenti (d’un maître artisan). Beaucoup pensent qu’ils deviennent des disciples de Jésus après qu’il leur a pardonné leurs péchés. En effet, nous étions morts par nos offenses, mais il nous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses. (Colossiens 2, 13) Cependant, le pardon des péchés ne signifie pas qu’on est devenu un disciple. Une fois que nous avons obtenu l’expiation de nos péchés et que nous sommes réconciliés avec Dieu par la mort de Jésus, nous sommes sur la ligne de départ pour commencer à suivre l’exemple de vie que Jésus nous a laissé.

Notre maître et précurseur

« Le disciple n’est pas plus que le maître ; mais tout disciple accompli sera comme son maître. » Luc 6, 40. Un disciple de Jésus entre dans un processus où il apprend à vivre la même vie que Jésus, et ce processus s’étend sur toute la vie. La vie de Jésus est l’expression parfaite de la volonté de Dieu. Il n’a jamais péché. Non pas parce qu’il était né avec une nature divine qui ne pouvait pas être tentée. Non, tout au long de sa vie, il est personnellement passé par un processus de formation pour accomplir la volonté de Dieu plutôt que la sienne.

« Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ : existant en forme de Dieu, il n’a point regardé son égalité avec Dieu comme une proie à arracher, mais il s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et il a paru comme un vrai homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. » Philippiens 2, 5-8. Jésus a dû apprendre à discerner la volonté de Dieu et il a dû apprendre l’obéissance. (Hébreux 5, 7-8) Toute sa vie, il a dit : « Voici je viens pour faire, ô Dieu, ta volonté. » (Luc 22, 42 ; Hébreux 10,5-7) Chaque jour, il a été tenté comme nous en toutes choses. (Hébreux 4, 15) Pourtant, il a choisi de s’humilier lui-même et de souffrir dans la chair (renoncer à sa propre volonté, aux exigences du péché dans la chair) au lieu de céder au péché. (Philippiens 2, 8 ; 1 Pierre 4, 1) Du fait de son incroyable fidélité, il n’a jamais commis de péché, et il ne s’est jamais trouvé de fraude dans sa bouche. Il ne s’est jamais éloigné de l’amour, de la pureté et de la bonté ! Voilà le maître, le précurseur que les disciples prennent pour exemple, et dont ils veulent suivre les traces. (1 Pierre 2, 21-22) (Si tu souhaites en apprendre davantage sur la vie de Jésus, lis le thème « Christ manifesté en chair » dans les Fondamentaux.)

Le chemin sur lequel Jésus a marché était une vie cachée avec Dieu, un chemin tout au long duquel une œuvre a eu lieu dans sa nature humaine, dans sa chair. C’est sur ce chemin qu’il a vaincu le péché dans la chair et qu’il a pu accomplir le plan incroyable de salut pour l’humanité. (Romains 8, 3-4) Parce que Jésus-Christ s’est lui-même revêtu de la nature humaine et que cette œuvre de condamnation du péché dans la chair a eu lieu dans un être humain, ses disciples, qui ont la même nature, ont maintenant la possibilité de le suivre sur ce chemin, indépendamment de leurs origines, de leur personnalité, de l’endroit ou de l’époque dans lesquels ils vivent. (Hébreux 2, 10-18)

L’attitude d’un disciple envers le péché

Tout comme leur maître, les disciples de Christ s’engagent à faire toute la volonté de Dieu au lieu de céder à leurs convoitises pécheresses et à l’égoïsme qui habitent dans leur propre chair. Jésus avait une attitude radicale envers le péché. (Matthieu 5, 27-30) Ses disciples sont exhortés à avoir le même entendement. (Philippiens 2, 5 ; 1 Pierre 4, 1-2) Il est bien plus facile de céder au péché que de renoncer à nos convoitises. Si on a fait quelque chose de mal, le plus facile à faire est de se défendre et de se chercher des excuses. Mais en tant que disciples, nous apprenons que la volonté de Dieu est que nous reconnaissions la vérité. (Jean 3, 19-21), que nous nous humiliions nous-mêmes (Jacques 4, 6-10) et que nous nous jugions nous-mêmes au lieu d’accuser les autres (Matthieu 7, 1-3). Pour accomplir sa parole, il faut que nous aimions la volonté de Dieu à un tel point que nous abandonnions notre propre volonté, ou comme Jésus le disait, que nous abandonnions notre propre vie, qui est le penchant pour le péché dont nous avons hérité dans notre nature humaine. (Luc 14, 26-27) Sans cette attitude radicale, nous ne pouvons pas vaincre le péché, et nous ne pouvons pas devenir des disciples de Jésus !

La plus grande motivation

« … rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, qui suscite la foi et la mène à la perfection, en échange de la joie qui lui était réservée, il a souffert la croix, méprisé l’ignominie et s’est assis à la droite du trône de Dieu. » Hébreux 12, 1-2. La joie de Jésus était d’avoir des disciples qui vivent la même vie et qui parviennent à la même nature divine. Il se réjouissait d’avoir des frères qui pourraient partager tout l’héritage qu’il recevait de son père céleste ! (Romains 8, 16-17 ; Romain 8, 29 ; Hébreux 2, 10-18)

Notre plus grande motivation en tant que disciples est d’aimer celui qui nous a aimés le premier (1 Jean 4, 19) et qui a donné sa vie pour nous, même si nous savons que nous ne pourrons jamais payer pour cette grâce non méritée que nous avons reçue.

« Car l’amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts ; et qu’il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. » 2 Corinthiens 5, 14-15. Les disciples ne se satisfont pas d’une attitude paresseuse qui utilise le pardon des péchés comme une excuse pour continuer à céder à leurs convoitises et à leurs désirs pécheurs. Le but de Jésus pour nous est que nous devenions parfaits comme notre Père Céleste est parfait ! (Matthieu 5, 48)

Il y aura forcément des souffrances au cours de ce processus incroyable qui nous transforme à la parfaite image de Christ, nous qui étions des hommes pécheurs. Mais avec Christ comme exemple et avec l’amour de Christ qui nous presse, nous pouvons continuer à « courir vers le but pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ. » Philippiens 3, 14. Devenir semblables à lui et le voir tel qu’il est, voilà le prix de cette course. (1 Jean 3, 2)

2

Qui est un disciple ?

Des millions de personnes adorent Jésus comme leur Seigneur. Mais être un disciple, qu’est-ce que cela signifie en réalité ?

Lire plus
3

Qu’est-ce que cela coûte de devenir un disciple ?

A plusieurs occasions, Jésus a encouragé les hommes à calculer ce que cela coûte avant de s’engager à le suivre – à devenir son disciple.

Lire plus
6

Faites de toutes les nations des disciples

Comment pouvons-nous accomplir l’une des plus grandes tâches qui nous ont été confiées ?

Lire plus
Suivez-nous