Passer directement au contenu

Qu’est-ce que cela coûte de devenir un disciple ?

A plusieurs occasions, Jésus a encouragé les hommes à calculer ce que cela coûte avant de s’engager à le suivre – à devenir son disciple.

« Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer, de peur qu’après avoir posé les fondements, il ne puisse l’achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler, en disant : Cet homme a commencé à bâtir, et il n’a pu achever ? » Luc 14, 28-30

Malheureusement, c’est l’état dans lequel de nombreux croyants se trouvent. Ils s’engagent en tant que disciples, sans calculer ce que cela coûte, et ils finissent dans le péché et l’hypocrisie, et ils font honte au nom de « chrétien » et deviennent un objet de mépris.

Qu’est-ce que cela coûte donc de devenir un disciple ?

« Père et mère, femme et enfants… »

Jésus nous le dit clairement dans les versets suivants : « Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple. Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suis pas, ne peut être mon disciple. » Luc 14, 26-27. En d’autres termes, être un disciple nous coûte tout.

Lorsque Jésus parle du fait de « haïr » les membres de sa famille, et sa propre vie, il ne parle pas d’une haine envers les individus, ou du fait d’être lassé de la vie. Cela signifie que les disciples ne se laissent pas lier par les raisonnements, les influences et les opinions et les conseils humains. Ils se laissent seulement guider dans les traces de leur Maître. Cela peut engendrer de l’opprobre, des conflits et une séparation de la part de ceux qui n’ont pas le même esprit, et cela peut sembler être un lourd prix à payer. Mais s’il ne fait pas cela, un disciple ne peut pas véritablement suivre Christ et servir Dieu.

D’autre part, les véritables disciples sont affranchis du fait de se concentrer sur eux-mêmes et sur les autres, et ils deviennent un avec Christ. De plus, cela engendre de la communion, de l’encouragement et de l’édification entre chaque disciple et tous ceux qui ont le même objectif ! Les récompenses des disciples sont véritablement grandes. Jésus dit : « Et quiconque aura quitté, à cause de mon nom, ses frères, ou ses sœurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, ou ses maisons, recevra le centuple, et héritera la vie éternelle. » Matthieu 19, 29.

« Et même sa propre vie »

Le prix ultime à payer pour devenir un disciple est de haïr même notre « propre vie » et de nous en dépouiller. Notre « propre vie » dans ce contexte est notre propre volonté, nos opinions, nos réactions humaines. A cause de la chute, toute notre volonté et toute notre nature ont été contaminées par le péché et par l’égoïsme. Nous nous vexons, nous nous décourageons, nous perdons patience ou faisons preuve de partialité, nous cédons à l’impureté ou à l’orgueil – toutes ces actions sont des manifestations de notre « propre vie », le penchant pour le péché qui se trouve dans notre nature humaine déchue, ou dans notre chair. En revanche, toute la volonté de Dieu consiste en tout ce qui est bon et désintéressé. Pour que nous arrivions à être rendus conformes à l´image de Christ à partir de ce que nous sommes, il faut que notre « propre vie » meure !

Pour mourir à nous-mêmes, nous qui sommes disciples, nous devons demander à Dieu de nous aider et renoncer à notre propre volonté jusqu´à la fin. C’est la croix que Jésus mentionne et dont les disciples doivent se charger chaque jour (Luc 9, 23, Luc 14, 27), ce qui a pour résultat la mort du péché. C’est ce que Jésus a fait, et ses disciples apprennent de lui et le suivent sur la même voie. (Hébreux 5, 7-9) Le résultat est alors que la vie de Christ – ses vertus – commence à se manifester dans notre vie !

Si nous ne renonçons pas à notre propre péché et notre propre volonté, notre « propre vie » subsiste, et de cette manière la vie de Christ ne peut pas se manifester. Nous ne sommes pas transformés. Nous ne pouvons pas être formés à l’image de notre Maître. Peut-être que nous pouvons toujours prétendre être des disciples, nous rendre à l’église, avoir des discussions pour savoir ce qui est du péché et ce qui ne l’est pas, nous investir dans le travail caritatif et appeler Jésus « Seigneur ». Mais à long terme, cette forme de piété ne peut pas dissimuler le péché auquel nous sommes toujours liés. Paul décrit le piètre bilan des chrétiens qui ne sont pas disposés à payer le prix : « Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là. » 2 Timothée 3, 2-5.

Sans remplir les conditions, nous ne pouvons pas être les disciples de Jésus. Mais la bonne nouvelle, c’est que Dieu peut nous aider à remplir ces conditions ! Lorsque nous sommes disposés à être obéissants à la volonté de Dieu, nous pouvons devenir une nouvelle créature. Nous mourons avec lui, et nous vivons avec lui. Nous croissons dans les vertus de Christ et nous devenons de plus en plus semblables à notre Maître.

« Si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui. » 2 Timothée 2, 11.

2

Qui est un disciple ?

Des millions de personnes adorent Jésus comme leur Seigneur. Mais être un disciple, qu’est-ce que cela signifie en réalité ?

Lire plus
3

Qu’est-ce que cela coûte de devenir un disciple ?

A plusieurs occasions, Jésus a encouragé les hommes à calculer ce que cela coûte avant de s’engager à le suivre – à devenir son disciple.

Lire plus
6

Faites de toutes les nations des disciples

Comment pouvons-nous accomplir l’une des plus grandes tâches qui nous ont été confiées ?

Lire plus
Suivez-nous