Passer directement au contenu

Sois simplement toi-même !

Parfois je souhaitais que, sur un simple claquement de doigts, j'arrête de me soucier de ce que les gens pensaient de moi.

Lorsque j’étais au collège et au lycée, les gens me conseillaient souvent d’être moi-même. « Tu n’as pas besoin de te soucier de ce que les gens pensent de toi ; sois simplement toi-même et tout ira bien. »

Cela semblait formidable et parfois, je souhaitais que sur un simple claquement de doigts je cesse tout à coup de me soucier de ce que pensaient mes camarades et les personnes de mon entourage, sans parler du fait que j’étais si facilement influençable. Mais, bien sûr, ce n’est pas ainsi que les choses se sont passées.

Tu ne peux servir deux maîtres

La vérité, c’est que je dois prendre une décision ferme quant à celui que je veux servir. Et, en réalité, je ne peux pas servir Dieu et les hommes ! « Nul serviteur ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. » Luc 16, 13.

Je suis peut-être en compagnie de quelques amis et la conversation tourne à la médisance ou elle se résume simplement à des propos négatifs… Je sais ce que Dieu veut que je choisisse : dire uniquement des paroles encourageantes au sujet des autres et être reconnaissant pour tout. Vais-je choisir de le servir ou simplement « suivre le mouvement » parce que « ce n’est pas si important que ça ? » Des situations comme celle-là montrent clairement que le verset est vrai : tu ne peux pas servir Dieu et les hommes, ce n’est pas possible.

Parfois, prendre la décision de ne plus servir les hommes peut être difficile. C’est particulièrement vrai lorsque cela concerne des personnes qui m’ont été très proches, peut-être même de la famille que j’aime beaucoup. Jésus a dit à cet égard : « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère ; et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison. Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi. » Matthieu 10, 34-37.

Aucune tolérance pour le péché

Jésus avait un esprit de vengeance et de haine envers le péché. Donc, lorsqu’il a dit : « Je suis venu apporter l’épée »,  il voulait dire par là qu’aucune tolérance pour le péché ne serait acceptée dans sa vie, même si l’influence venait de sa famille ou de ses amis les plus proches.

Lorsque je pense à ce que cela signifie pour moi, il est clair que si je souhaite servir et plaire à Dieu, il ne faut pas non plus qu’il y ait de la tolérance pour le péché dans ma vie. Je ne peux pas choisir de me joindre à des conversations où la médisance, la négativité, l´impureté ou le commérage ont une place, ou accepter le péché pour la simple raison que mes amis les plus proches me disent que c’est bien, et qu’il n’y a rien de mal à cela. Au lieu de cela, les gens doivent sentir qu’il y a une « épée » contre tout le péché dans ma propre vie. Je ne suis pas d’accord avec le péché et je refuse de lui céder ! Cela peut être profondément blessant lorsque je suis contraint de sacrifier des relations afin de me garder pur. Mais je dois prendre une ferme décision concernant celui que je vais servir, parce  ça ne peut pas être les deux à la fois.

Pas de solution magique

Bien sûr, lorsque j’ai un amour et un intérêt profonds pour des amis et de la famille proches qui ont choisi un chemin différent, je souhaite que tout aille bien pour eux. Je peux alors suivre le conseil que Paul a adressé à Timothée et « veiller sur moi-même et sur mon enseignement, persévérer dans ces choses, car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent. » 1 Timothée 4, 16. Je peux aussi leur manifester de la bonté et de l’amour, et prier pour que Dieu leur parle et les aide à se tourner vers lui.

Maintenant que je regarde en arrière, j’aurais aimé comprendre que ce vieux conseil, “Sois toi-même », signifie en fin de compte « ne te laisse pas si facilement influencer par les hommes ». Non, tu ne peux pas claquer des doigts et comme par magie être libre de ce que les autres pensent, mais tu peux prendre la décision ferme de servir Dieu seul et de lui être agréable, à lui seul. Et lorsque tu fais cela, toute la force et toute l’aide sont à ta disposition pour que tu continues toujours à choisir le bien. Donc si tu es actuellement confronté à un choix dans ta vie, prie pour que Dieu te fortifie pour être ferme et décidé, pour seulement choisir le bien, et vivre une vie consciente pour lui seul. Dieu a promis que cela irait bien, et lorsque nous croyons en cela, nous comprenons que, même si les choses ne changeront pas comme par magie, nous aurons la force et la puissance pour « combattre le bon combat de la foi » (1 Timothée 4, 7), et pour être « plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés ». (Romains 8, 37)

Les fondamentaux

Découvre comment la parole de Dieu te lance un défi et te permet de vivre à 100% selon sa volonté, pour que tu ne sois plus obligé de tomber dans le péché, et pour que tu puisses vivre une vie de victoire.

Télécharger le e-book gratuitement

J’ai été crucifié avec Christ

Cette brochure se fonde sur les paroles de Paul en Galates 2, 20 : « J’ai été crucifié avec Christ ; ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi… » Ici, Elias Aslaksen explique ce que cela signifie et comment le lecteur peut parvenir au même témoignage que Paul dans sa propre vie.

Suivez-nous