Passer directement au contenu

Fruit de l’Esprit: la bonté et la douceur

Ces vertus sont les nobles fruits de l’Esprit. La Bible est remplie d´hommes et de femmes qui possédaient ces vertus et qui les mettaient en pratique - ce sont des exemples que nous devons suivre !

Tous les fruits de l’Esprit sont savoureux et rayonnent d’une gloire éternelle. Une partie d’entre eux sont cités dans Galates 5, 22 : « L’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance.» Celui qui nous a appelés des ténèbres à son admirable lumière nous a élus pour annoncer la gloire de ces vertus. En nous acquittant de cette mission, nous devons être un sacerdoce royale. 1 Pierre 2, 9.

La douceur est l’un des fruits les plus délicats que produit l’Esprit. Si nous voulons annoncer la gloire de la douceur, il faut que tout ce qui est dur dans notre propre vie ait été brisé. La douceur est fermement unie à la sagesse d’en haut, qui est pure, pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits. Jacques 3, 17.

Tout ce que Dieu fait naître est ferme et inébranlable, et produit un grand effet. Il est écrit dans Proverbes 25, 5 qu’une langue douce peut briser des os. Personne ne peut vaincre la force de la douceur par de la méchanceté. Une langue douce peut en toute bonté et douceur rendre les choses célestes infiniment grandes, et les choses terrestres tellement petites que toute raison de se battre ou de se disputer à leur sujet disparaît totalement.

Paul apportait un message radical, il prêchait la croix et la mort sur toutes sortes de péchés, mais lorsqu’il s’agissait de concrétiser ce qu’il annonçait, il se présentait avec des paroles bonnes et douces, remplies d’espérance, de consolation et d’aide. Dans 2 Corinthiens 10, 1, il est écrit par exemple : « Moi, Paul, je vous prie, par la douceur et la bonté de Christ, moi, humble d’apparence quand je suis au milieu de vous.» 

Dans 1 Thessaloniciens  2, 7-8 il écrit aussi, « mais nous avons été pleins de douceur au milieu de vous. De même qu’une nourrice prend un tendre soin de ses enfants,nous aurions voulu, dans notre vive affection pour vous, non seulement vous donner l’Évangile de Dieu, mais encore nos propres vies, tant vous nous étiez devenus chers.» Par cette douceur empreinte de compassion et de bonté, tout ce qui était dur et brisé, et l’assemblée pouvait croître dans un amour fraternel et sincère comme des enfants de lumière, en attendant le retour de Jésus.

« Or, il ne faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des querelles, il doit, au contraire, avoir de la condescendance (c´est-à-dire de la douceur) pour tous, être propre à enseigner, doué de patience.» 2 Timothée 2, 24. Le plus facile est de se quereller avec les autres. Souvent, on élève de plus en plus la voix, en se laissant aller au jugement et à la critique. Une affirmation se dresse contre une autre affirmation, et l’esprit de mensonge ne tarde pas à se glisser dans la dispute.

« L’insensé fait sortir toute sa colère, mais le sage la contient et la calme.» Proverbes 29, 11. Une langue douce et pleine de sagesse calme beaucoup d’accès de colère et peut préserver beaucoup de foyers du drame de la séparation.

Saul et Jonathan étaient de grands guerriers, mais ils étaient aimables et doux dans la vie. David l’était aussi, mais dans une mesure bien plus grande encore. Il est dit dans 2 Samuel 22, 35-36 : « Il exerce mes mains au combat…Je deviens grand par ta bonté.» On devient grand en surmontant le mal par le bien. Jésus était à la fois un lion et un agneau.

Joseph est un grand exemple de douceur, de bonté et de support. Il aurait pu se venger brutalement sur ses frères, mais c’est la bonté qui a remporté la victoire. Lorsqu’il se fit connaître à ses frères, il éleva la voix en pleurant, de sorte que les Egyptiens l’entendirent, et la maison de Pharaon aussi. Lorsqu’ils envoya ses frères chercher leur père Jacob, il leur dit : « Ne vous querellez pas en chemin.» Il ne fallait pas qu’ils se disputent en chemin, eux qui se rendaient auprès de leur père et qui étaient chargés d’une mission aussi importante.

Lorsque nous pensons à la mission importante que nous avons à accomplir, tandis que nous nous dirigeons vers la demeure de notre Père céleste, nous devons éprouver beaucoup de honte au sujet de toute pensée de discorde et de dispute. (Cf. Genèse 45)

Les paroles douces viennent d’un coeur pur et bon. Jésus a reçu de son Père céleste une langue de disciple exercée pour pouvoir soutenir par la parole ceux qui sont abattus. Esaïe 50, 4.

« Celui qui est sage de coeur manifeste la sagesse par sa bouche, et l’accroissement de son savoir paraît sur ses lèvres. Les paroles agréables sont un rayon de miel, douces pour l’âme et salutaires pour le corps. » Proverbes 16, 23-24.

La lettre que Paul a écrite à Philémon est un exemple magistral de bonté et de douceur. Que Dieu nous accorde une riche mesure de sa grâce pour que nous puissions utiliser l’épée de l’Esprit et la langue douche, dans le bon Esprit et au bon moment.


Ceci est une versions revue d’un article qui fut publié pour la première fois sous le titre « Les Fruits de l’Esprit » dans le périodique de BCC « Trésors Cachés »(“Hidden Treasures”) en novembre 1992.
© Copyright Stiftelsen Skjulte Skatters Forlag

Les fondamentaux

Découvre comment la parole de Dieu te lance un défi et te permet de vivre à 100% selon sa volonté, pour que tu ne sois plus obligé de tomber dans le péché, et pour que tu puisses vivre une vie de victoire.

Télécharger le e-book gratuitement

Un si grand salut

A la fin de l’épître aux Hébreux, l’apôtre qualifie son épître de « paroles d’exhortation ». L’objectif de cette brochure est de s’attarder sur cette exhortation et de la développer pour apporter la foi et le salut à tous ceux qui ont une vocation céleste. Tous ceux qui suivent l’exhortation contenue dans l’épître aux Hébreux peuvent parvenir à ce si grand salut.

Suivez-nous